Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

Centre Alexandre Koyré

(EHESS/CNRS/MNHN)

Séminaire mensuel du groupe TaK

Histoire des Techniques à Koyré

 « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance

à l’industrialisation »

Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation. On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

« Operative knowledges of matter, from Renaissance to industrialization »

Following the renewal of the history of Technology and of the history of chemistry, this Research Seminar intends to explore operative knowledge in chemistry in connection with several fields including economics, political management, consumption and production processes. It seeks to shed a light, since the Early modern period, on various configurations where experimentation, exploration, transformation of Matter were held, through a wide range of technical devices. We will underline cross-skills, transfers and hybridization of processes, and we will show how operative knowledge fostered multiple appropriations: we will then explore the diversity of practices and know-how which allowed specific actions on substances and transformations of matter, and which were the basis of innovation and industrialization and of the reshaping of environment on the long run.

Ce séminaire se tiendra le deuxième jeudi du mois, de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage), sauf indication contraire pour la journée d’étude du 14 janvier et les séances des 4 février et 17 mars.

 

Programme 2015-2016

12 Novembre 2015

Introduction générale du séminaire

Thomas Le Roux (CNRS/CRH) et Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) – Produire de la poudre sous la Révolution : dispositifs de production et risques

 10 Décembre 2015

Samir Boumediene (CNRS/ IHPC) – Quelques gouttes qui changent tout. Les recettes du quinquina (1640-1800)

14 Janvier 2016

Journée d’étude

Organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

Le laboratoire dans tous ses états. Savoirs opératoires de la matière à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle 

Bruno Belhoste (Paris I/IHMC)  – L’art de la teinture. Antoine Quémizet et l’atelier des Gobelins 

John Perkins (Oxford Brookes University) – « Voici de la bonne chymie »: les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.

Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) –Guyton et la vraie nature du diamant

Corinna Guerra (Hastec/CAK) – How volcanic materials shaped chemical studies in the Kingdom of Naples

 John Perkins présentera aussi la base de données issue du programme de recherche collaboratif international Situating Chemistry, 1760-1840.

Cette séance aura lieu de 9h30 à 16h30 , lieu précisé ultérieurement.

4 Février 2016

Victoria Lee (Max Planck Institut Berlin) – ‘A Study of East Asian Fermentation Chemistry’: Asia’s Microbial History in Japanese Eyes in XXec.

Cette séance mutualisée avec le séminaire Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS) aura lieu au 105 boulevard Raspail, salle 7, exceptionnellement De 13h à 15h.

17 Mars 2016

Judith Rainhorn (Université de Valenciennes /Esopp) – La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel

 14 Avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence/IHMC) – Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Co-organisé avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)

12 Mai 2016

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle.Reconstruire les techniques et les savoir faire

Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP) – le programme détaillé sera fourni ultérieurement

9 Juin 2016

Sacha Loeve (UTC/COSTECH) – Les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

Le séminaire de recherche est ouvert à tous chercheurs intéressés ainsi qu’aux étudiants de Master de l’EHESS, mention « Histoire des sciences, technologies et sociétés » et mention « Histoire et civilisation » parcours de spécialité TTS.

http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/1005

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Journée d’études – L’architecture des ingénieurs, 1650-1850 : Paris, provinces et capitales européennes

Samedi 10 octobre 2015

9h30-17h

Galerie des Affaires étrangères, Bibliothèque municipale, Versailles

Journée d'études architectes

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, BMV, ©Pierrick Daul

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Au-delà des programmes attendus, fortifications, ouvrages hydrauliques, ponts et routes, les ingénieurs, militaires et des Ponts et Chaussées, honorèrent des commandes dans le domaine de l’architecture publique monumentale, de l’architecture religieuse et hospitalière, mais aussi dans celui de l’architecture domestique et de l’art des jardins.

L’historiographie fait la part belle aux architectes dans les embellissements de la capitale, mais l’action des ingénieurs en matière d’architecture et d’urbanisme reste à évaluer. Cette seconde journée sera l’occasion de présenter les limites de cette opposition architecte/ingénieur et d’initier un travail systématique sur l’activité de ces derniers du règne de Louis XIV à l’aube du Second Empire.

Après une première rencontre dédiée à l’habitat (8 novembre 2014), la seconde journée sera consacrée plus particulièrement au projet urbain et à l’architecture publique monumentale, à Paris, en province et dans les capitales européennes.

Une troisième rencontre se déroulera au printemps 2016.

Programme : Programme Architecture des Ingénieurs-1

Journée d’étude organisée par Basile Baudez, Alexia Lebeurre et Dominique Massounie avec le concours des Universités Bordeaux-Montaigne, Paris-Ouest-Nanterre, Paris-Sorbonne, de la Ville de Versailles et du Ghamu.

ICOTHEC-candidatures au Prix Maurice Daumas

 

Maurice Daumas Prize announcement 2016-final-cor-1

L’ICOHTEC (International Committee for the History of Technology) accueille avec plaisir les candidatures au Prix Maurice Daumas, dont le but est d’encourager les recherches en histoire des techniques. L’ICOHTEC s’intéresse à l’histoire des techniques et de la technologie et à leurs relations avec la science, la société, l’économie, la culture et l’environnement. Il n’existe aucune limitation théorique ou méthodologique d’approche pour les soumissions.

Le prix sera décerné à l’auteur du meilleur article -ou chapitre d’ouvrage collectif- soumis. Ce dernier, qui concernera l’histoire des techniques, pourra porter sur n’importe quelle période historique et n’importe quelle partie du monde et doit avoir été publié en 2014 ou 2015. Les articles originaux publiés (ou traduits) dans l’une des langues officielles de l’ICOHTEC (anglais, français, allemand, russe ou espagnol) sont éligibles. Les soumissions des jeunes chercheurs de tous les pays sont les bienvenues: doctorants ou docteurs ayant obtenu leur doctorat dans les sept dernières années. Merci d’envoyer votre article ainsi qu’un bref cv (pas plus d’une page) à chacun des six membres du comité du prix Maurice Daumas au plus tard le 15 décembre 2015. Les soumissions électroniques sont fortement recommandées. Le ou la gagnant(e) sera contacté(e) à la fin du mois d’avril 2016.

Le prix sera décerné lors de notre 43e symposium, qui se tiendra à Porto à l’été 2016. Le ou la gagnant(e) recevra un prix de 500 euros ainsi qu’une bourse pour frais de voyage au symposium d’un montant de 300 euros (si nécessaire). Une session spéciale sera organisée pour présenter l’article. Le Prix Maurice Daumas est sponsorisé par l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), France.

Stefan Poser, docteur, président

Helmut-Schmidt-Universität, Hambourg, Allemagne

poser@hsu-hh.de

Hermione Giffard, docteur, University of Utrecht, Pays-Bas

hgiffard@gmail.com

Eike-Christian Heine, docteur, Universität Stuttgart, Allemagne

eikechristian.heine@googlemail.com

Laurent Heyberger, docteur,Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, France

laurent.heyberger@utbm.fr

Susan Schmidt Horning, professeur,St. John’s University, Queens, NY, USA

schmidts@stjohns.edu

Liliia Zemnukhova, docteur, Sociological Institute of the Russian Academy of Sciences (SI RAN), St. Petersburg, Russie

l.zemnukhova@gmail.com

Maurice Daumas (1910-1984), pionnier français de l’histoire des techniques

Sans d’énergiques pionniers, l’histoire des techniques ne serait jamais devenue un éminent champ de recherches historiques. Maurice Daumas était l’un d’entre eux. Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècles est l’un de ses premiers travaux les plus célèbres (traduit en anglais). Entre 1962 et 1978, il publia une Histoire générale des techniques en cinq volumes qui reçut le meilleur accueil, traduit en anglais et espagnol et utilisé comme manuel de référence dans plusieurs pays. En France, Daumas fut également le pionnier de l’archéologie industrielle. Daumas fut le premier secrétaire général de l’ICOHTEC et l’hôte de son symposium de Pont-à-Mousson en 1970.

Pour plus d’information sur Maurice Daumas:

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/rhs_0151-4105_1984_num_37_3

Pour plus d’information sur l’ICOHTEC:

http://www.icohtec.org/

XVIe Congrès de TICCIH 6 – 11 septembre

XVIe CONGRÈS INTERNATIONAL DE TICCIH

Avec le parrainage du ministère de la Culture et de la Communication

Le patrimoine industriel au XXIe siècle, nouveaux défis

      Lille, Campus Moulins, Université de Lille – Droit et santé

6-11 septembre 2015

46 pays se retrouveront autour d’un thème commun : « Le patrimoine industriel au XXIe siècle. Nouveaux défis. » Le programme comporte de plus de 240 communications et posters.
Le programme et le volume des résumés sont téléchargeables sur le site du Congrès
http://ticcih-2015.sciencesconf.org
Programme :
Résumés:

Appel à communications colloque international : Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Si la littérature tant historique que sociologique contient déjà un nombre conséquent de recherches qui scrutent les divers savoirs et pratiques dédiés à la gestion de l’urbain, force est de constater qu’on est moins bien servi si l’on s’intéresse aux systèmes d’information impliqués dans la construction, le développement et les usages de ces savoirs et pratiques.

Par leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles – dans leur effort pour maîtriser et gérer les effets de la « révolution » urbaine qui débute en Europe dès avant 1800, avant de se diffuser à l’échelle du monde au XXe siècle. Rappelons ainsi que le spectre de l’incendie déclenche à Londres dès le début du XVIIIe siècle un système de secours mis en place par les compagnies d’assurance alors que des dispositifs de gestion des noyades, pour la Tamise entre autres, se développent également à la fin des années 1770. De l’autre côté de la Manche cette fois, dans les années 1840, les ingénieurs des services techniques de la ville de Paris mettent en place un système d’information grâce auquel toutes les rues de la capitale et l’ensemble des immeubles parisiens sont munis d’une fiche individuelle décrivant leur état « hydraulique » (équipements, conditions d’abonnement…). Dans les premières décennies du XXe siècle, plusieurs compagnies de transports urbains aux États-Unis se lancent dans de grandes enquêtes pour collecter des données relatives à la mobilité des citadins, aux origines et destinations de leurs déplacements, avant de traiter les informations ainsi récoltées à l’aide des « machines de tabulation » de l’époque dans le but d’optimiser la forme et le fonctionnement de leurs réseaux. A partir des années 1950 et 1960, la mesure de la pollution de l’air devient systématique, notamment à Paris, grâce à un réseau de capteurs installés dans la ville. Les flux de données ainsi générés permettent de cartographier la pollution atmosphérique. La création d’Airparif (1979) institutionnalise cette gestion du réseau de surveillance de la qualité de l’air. Quant aux usages policiers de l’information sur les trafics –dans toute leur polysémie–, ils n’ont pas attendu l’installation de caméras de vidéosurveillance. On a enfin pensé à réinventer la ville et l’urbanité grâce aux réseaux de communication, pour recréer de la proximité et de la convivialité, peut-être bien depuis l’origine du téléphone et certainement avec le câble.

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

1) Les caractéristiques et les usages des systèmes d’information

Il s’agit de dégager de grandes évolutions concernant les caractéristiques et les usages de ces systèmes d’information – lesquels, notons-le au passage, utilisent souvent pour fonctionner des réseaux urbains traditionnels, au premier rang desquels le réseau électrique –, telles que, par exemple, la montée en puissance du « temps réel », avec toutes les questions de calcul et de présentation de l’information afférentes.

2) Les acteurs

L’objectif serait ici d’identifier des grands déplacements concernant les systèmes d’acteurs (producteurs et utilisateurs) de ces systèmes d’information. A en juger par les évolutions observées sur une série de terrains, tels que celui des transports, on assisterait, par exemple, à un effacement progressif de la puissance publique comme acteur central, du côté de la production mais aussi des usages, « compensé » par la montée en puissance d’un ensemble d’acteurs privés qui ont su établir des rapports étroits avec le monde de la recherche (pensons à Google et à ses produits). Cette mise en retrait des pouvoirs publics laisse également le champ libre à des acteurs associatifs, parfois militants, qui développent des outils de mesure participatifs, en particulier dans une perspective environnementale.

3) Les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations…

On pense ici à une analyse du dialogue décisionnel qui se met en place en fonction des outils disponibles entre ces systèmes et le service assuré par le dispositif technique, à l’impact de ces systèmes sur les pratiques professionnelles et les métiers des réseaux urbains et de la ville, ou, encore, à la question de la formation de l’offre et la demande, par exemple, en termes de mobilité.

4) Les systèmes d’information comme « analyseurs »

Dotés de caractéristiques matérielles particulières, portés par des acteurs spécifiques, ces systèmes peuvent aussi témoigner à travers leur construction et leurs usages de mutations économiques, sociales et culturelles plus larges des sociétés urbaines. Nous pensons ici par exemple aux cartes nommées éloquemment « trip-desire charts », élaborées à partir des années 1940/50 dans le but de capter les souhaits des ménages américains en matière de déplacements urbains, et qui sont fondées sur une conception de l’individu libre de se déplacer comme il l’entend et aux aspirations duquel l’ingénieur doit répondre en fournissant les moyens techniques (infrastructurels) adéquats, dans cet exemple les autoroutes urbaines.

D’une durée de deux jours, le colloque donnera lieu à une publication collective sous la forme d’un numéro spécial de la revue Flux.

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes) sont à soumettre à l’adresse suivante avant le 15 octobre 2015:

siguld2016@gmail.com

Chaque proposition (en anglais ou en français) devra inclure un titre et un texte de proposition (400 mots maximum) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications).

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 30 novembre 2015.

Contacts :

Konstantinos Chatzis : chatzis@enpc.fr

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 Organismes partenaires : Association Passé Présent Mobilité (P2M), École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Universidade de Evora.

 Comité scientifique : Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).