Nicolas Lémery (1645-1715), un savant en son siècle – 18 nov. 2015

LEMERY

Journée Nicolas Lémery (1645-1715), un savant en son siècle

18 novembre 2015

Salle des Actes de la faculté de Pharmacie

4 avenue de l’Observatoire, 75006, PARIS

Société d’Histoire de la Pharmacie/ Club d’Histoire de la Chimie

La Société d’histoire de la pharmacie organise également à cette occasion une exposition « Lémery et son temps » : http://www.shp-asso.org/index.php?PAGE=expositionlemery

Edmond Becquerel et la naissance de la photographie couleur,10 décembre 2015

Journée d’étude « Edmond Becquerel et la naissance de la photographie couleur », jeudi 10 décembre 2015 à l’auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution au MNHN.

Cette journée est organisée par le Centre de Recherche sur la Conservation (MNHN-CNRS-MCC) avec le soutien de la COMUE Sorbonne-Universités dans le cadre du programme PHOTOCHROMA (http://crc.mnhn.fr/PHOTOCHROMA-Naissance-de-la.html).

AAC – Les utopies scientifiques en Union soviétique -30 nov. 2015

Appel à communications pour un colloque sur « Les utopies scientifiques en Union soviétique. Science, fiction et pouvoir (1917-1991) » qui doit avoir lieu les 23 et 24 septembre 2016. Les propositions sont à envoyer avant le 30 novembre 2015 à l’adresse suivante : sovietscienceandfiction@gmail.com

Organisateurs : Grégory Dufaud (CNRS/CERMES3), Ioulia Podoroga (Université de Genève/CERCEC) et Larissa Zakharova (EHESS/CERCEC)

Depuis la chute de l’Union soviétique, l’histoire des sciences a connu des avancées importantes. Un objet a toutefois été délaissé : l’utopie scientifique, fascinante et intrigante, parce que située à la frontière entre littérature et science. Nikolai Krementsov est l’un des rares historiens à s’y être intéressé. Dans Revolutionnary Experiments, il s’est penché sur la médecine durant les années vingt à partir de plusieurs œuvres, prolongeant la réflexion débutée dans son livre sur Aleksandr Bogdanov. Rival malheureux de Lénine, celui-ci s’était détourné de la vie politique pour se consacrer à l’écriture. Par le biais de la science-fiction, il a non seulement exposé sa vision du socialisme, mais aussi théorisé le rôle de la médecine et de la transfusion sanguine dans la transformation du monde social. Comme le suggère l’exemple de Bogdanov, l’utopie scientifique, en tant qu’utopie sociale, propose un imaginaire qui est celui d’une société de type nouveau dont elle veut faciliter la réalisation.

L’objectif de ce colloque est de comprendre comment les fictions ont pu avoir une fonction heuristique, participer de la transformation de l’activité scientifique et reconfigurer les rapports entre science et pouvoir. Le questionnement portera d’abord sur les relations entre fiction et sciences, afin d’explorer comment littérature et cinéma se sont appropriés certains des concepts basés sur les découvertes scientifiques et, inversement, comment les sciences se sont servies des imaginaires proposés par les fictions pour étoffer leurs discours, contester les découvertes ou se lancer dans des expérimentations inédites. Ce double mouvement est évidemment médiatisé par le pouvoir. Aussi, on sera attentif à la commande sociale et aux mécanismes de censure à l’œuvre.

À travers ces rapports entre fiction, science et pouvoir, on souhaite également interroger l’idée de progrès et les significations qu’elle a revêtues au cours de la période. Si les autorités soviétiques ont érigé la science en mère du progrès, la certitude dans l’avènement prochain du communisme s’est estompée à partir des années soixante. Dans quelle mesure les utopies scientifiques ont reflété cette évolution ? Quels imaginaires ont-elles proposés au public ? Les utopies s’ancraient dans la réalité de leur époque dont elles en révélaient les préoccupations. Dès lors, quelles craintes véhiculaient-elles ? Ont-elles élaboré un discours du risque, voire critique des sciences, que les scientifiques se seraient réappropriés ? Quels en ont été les motifs ?

Ce colloque s’adresse à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales (histoire, sociologie, philosophie, études littéraires, etc.). Il ne veut se limiter à aucun domaine de la science soviétique, afin d’en étudier les plus reconnus comme les plus marginaux. Toutes les œuvres de fiction pourront être analysées, qu’elles relèvent de la littérature ou du cinéma. Il ne s’agit pas tant de se concentrer sur un genre en particulier (utopie, fantastique ou science-fiction) que d’étudier un corpus d’œuvres au statut différent, mais dont la caractéristique commune réside dans l’usage et les réappropriations des découvertes scientifiques pour imaginer l’avenir.

Plusieurs pistes pourront être explorées :

  1. Les concepts et les découvertes scientifiques dans la fiction : 

— la variété des imaginaires proposés par les utopies scientifiques ;

— les découvertes et les innovations au cœur de ces imaginaires ;

— les significations données à l’idée de progrès ;

— les craintes et les inquiétudes exprimées par les utopies scientifiques.

  1. Les utopies scientifiques et la science :

— le rôle de la fiction dans la réflexion et les controverses scientifiques ;

— le rôle de la fiction dans la reconfiguration des rapports entre les disciplines scientifiques ;

— l’éthique scientifique au regard des utopies scientifiques ;

— l’usage des utopies scientifiques pour obtenir la reconnaissance par les autorités d’un projet ou d’une institution scientifique.

  1. Les utopies scientifiques à l’épreuve de la société :

— la diffusion des utopies scientifiques et son public ;

— les utopies scientifiques et la vulgarisation des savoirs et des techniques ;

— les utopies scientifiques et le pouvoir, le rôle de la censure.

INPI base brevets XIXe s.

L’Institut national de la propriété industrielle a le plaisir de vous informer de la mise à jour de la base Brevets 19e s .

Il est désormais possible de consulter les données bibliographiques des brevets déposés en France entre 1791 et 1871 .

Les images correspondants à ces dossier restent disponibles pour la période 1791 à 1855.

http://bases-brevets19e.inpi.fr

 

Lanterne magique – 13 nov. 2015

lanterne

Spectacle de lanterne magique : Le fantôme de Robinson Crusoé

13 novembre, 20 h, Théâtre impérial de Compiègne

Ce spectacle, réalisé « à l’ancienne » grâce à une triple lanterne de projection de 1887 (un luxueux appareil fabriqué par les frères Riley à Bradford), est une création originale et ne sera représenté qu’une seule fois. Il a été rendu possible grâce aux collections de la Cinémathèque française et du Centre national de la cinématographie. Les projections sont accompagnées par le comédien Nathan Willcocks, la harpiste Liénor Mancip et par le bruiteur Zak Mahmoud. Deux « lanternistes » sont aux commandes de l’appareil de projection : Laurent Mannoni et Laure Parchomenko.

 Théâtre Impérial de Compiègne

3, rue Othenin 60200 Compiègne

http://www.cinematheque.fr/fr/catalogues/appareils/collection.html

 

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 12 nov. 2015

Programme RIMS2 12-11-2015

affiche_RIM_121115

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs)

MAE de Nanterre, 12 novembre 2015

Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :
philippe.dillmann@cea.fr
maxime.l_heritier@univ-paris8.fr
gaspard.pages@mae.u-paris10.fr

Prix CILAC – Soumission 30 10 2015

Prix Cilac 2015

Prix CILAC/Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique

par voie électronique au CILAC : cilac@cilac.com

ou à l’adresse postale : CILAC – BP 20115 – 75261 Paris Cedex 06.

Le dossier doit comporter :

  • Le titre du projet/travail et sa présentation (2 pages)
  • Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique
  • Le CV et la copie de la carte d’étudiant

Fabrique des sciences, fabrique des arts- Colloque international

FABRIQUE DES SCIENCES – FABRIQUE DES ARTS

SCIENCES FACTORY- ART FACTORY
La question de la recherche dans les domaines scientifiques, techniques et artistiques –

Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre 2015

Auditorium du Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean

Colloque international organisé par le Musée d’art moderne Grand-Duc Jean dans le cadre de l’exposition Eppur si muove – Art et technique, un espace partagé (7 juillet 2015- 17 janvier 2016)

http://www.mudam.lu/fr/expositions/details/exposition/eppur-si-muove/

Qu’ils abordent des questions liées au champ des sciences, qu’ils empruntent à son histoire ou qu’ils développent des projets en collaboration avec des laboratoires, les artistes ont, ces dernières décennies, engagé un tournant majeur dans les relations entre arts et sciences. Se dégagent de cet intense dialogue entre deux domaines distincts des problématiques communes, telles que les questions de l’invention et de l’innovation, de la recherche, des gestes et de l’instrumentation, des nouvelles matérialités, des échelles de pensée, ou encore la notion d’auteur.

 Présidé par Patricia Falguières, professeur agrégée à l’EHESS et spécialiste des relations art et technique, ce colloque abordera l’actualité de ces questions du point de vue de la « fabrique » des arts et des sciences. Il s’articulera autour de quatre demi-journées thématiques mêlant chacune des perspectives variées, théorie et pratique, point de vue historique et regard prospectif.

http://calenda.org/342043

Collections techniques et techniques des collections. Approches pluridisciplinaires

 

1 vendredi par mois de 14 h à 17 h les 23 octobre, 13 novembre (Centre Koyré 27 rue Damesme 75013) 11 décembre 2015, 15 janvier, 12 février, 11 mars, 8 avril et 20 mai 2016 (pour ces dates le lieu sera indiqué ultérieurement)

Ce séminaire se propose de réfléchir à la manière dont ont été ou sont aujourd’hui « pensées » les collections techniques – objets, vestiges archéologiques, textes, ouvrages, etc. L’administration de ces collections met en jeu de nombreux acteurs – collecteurs, conservateurs, chercheurs, médiateurs vers le grand public, etc. – dont les réflexions et les actions interagissent. Une collection est en effet tributaire des conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles s’est faite sa réunion, des procédures d’inventaire et de catalogage qui lui sont appliquées, des modes d’identification et de désignation des articles. Par ailleurs, les chercheurs étudiant des collections techniques sont souvent amenés à (re)mettre en question les critères de classement qui avaient guidé leur constitution, et à les ré-interpréter en fonction de nouveaux paradigmes. Nous ferons le point sur les modes de constitution des collections, les traitements intellectuels et techniques qui leur sont appliqués et les méthodes que la recherche développe dans le cadre de leur étude. Entre autres aspects, nous nous intéresserons à l’intégration des artefacts « techniques » dans la culture matérielle plus large et à la dimension « sensible » de certains. Nous engagerons également un chantier d’étude sur les « reconstitutions », de plus en plus développées comme processus de compréhension technique et de médiation muséographique.

 

Programme :

23 octobre 2015 : Vapeur, transports et collections techniques au XIXe siècle (Centre Alexandre Koyré)

  • Lionel Dufaux (musée des Arts et métiers) : « Méthodologie d’approche et de traitement des collections techniques comme sources historiques. Le cas des collections ferroviaires du Musée des arts et métiers ».
  • Géraldine Barron (CRHAEL, centre de recherche en histoire atlantique et littorale de l’Université du Littoral Côte d’Opale) : « Le musée de Marine du Louvre : identités, réalité ».

13 novembre 2015 : Collections en réseaux (Centre Alexandre Koyré)

  • Thérèse Bru (université Paris 8 et King’s College) : « Penser la collection en réseau / La collection éclatée : dispositifs de circulation des échantillons et architecture technique des savoirs en biologie (XVIIIe – début XIXe siècle) ».
  • Sylvain Wenger (université de Genève) : « Les conservatoires d’instruments et de machines de la Société des arts de Genève (1834-1888) ».

11 décembre 2015 : Paysages sonores et collections : reconstituer des ambiances (Paris 7, salle 134, Olympe de Gouges.)

  • Pascal Joanne (École nationale supérieure d’architecture de Nantes, CRENAU UMR 1563): « Restitution des ambiances architecturales pour l’abbaye de Clairvaux ».
  • Mylène Pardoen (Institut des sciences de l’homme, Lyon) : « Bretez : Paris bruissant, Paris bruyant ! Pour une reconstitution ‘sensible’ du plan de Bretez, dit plan de Turgot, de Paris ».
  • Alexandre Vincent (Université de Poitiers) : « À l’écoute de l’Antiquité : les trompes romaines, du musée à une hypothétique reconstitution »

15 janvier 2016 (Salle à préciser)

  • Christine Lorre (musée des Antiquités nationales, département d’archéologie comparée) : le titre sera communiqué ultérieurement
  • Vittoria Feola (University of California) : « La collection Bartolomeo Gamba et le triangle Paris-Londres-Padoue, 1600-1840 ».

12 février 2016 : Collections en contextes : les mondes extra-européens, entre collections et reconstitutions (Salle à préciser)

  • Corinne Lefèvre (CEIAS, CNRS-EHESS) : « Les collections de l’empereur moghol Jahangir (r. 1605-1627) ».
  • Hélène Guiot (UMR PALOC – Patrimoines locaux et gouvernance) : « Reconstitutions et médiations muséographiques : quelques exemples autour des pirogues d’Océanie ».

11 mars 2016 : Collections scientifiques (Salle à préciser)

  • Volker Remmert (Bergischen Universität Wuppertal) : « Inventing science : iconography on early modern scientific instruments ».
  • Paola Bertucci (Yale University) : le titre sera communiqué ultérieurement

8 avril 2016 : Reconstitutions des collections (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 5 rue de l’Ecole de Médecine (salle 16))

  • Kim Sloan (Department of prints and drawings, British Museum) : « From private house to three national institutions : reconstructing the collections of Sir Hans Sloane ».
  • Cornelia Weber (Coordination Center for scientific university collections in Germany, Humboldt-Universität zu Berlin) : « Reintegration of university collections into academic practice in Germany ».
  • Elise Patole-Edoumba (Museum d’histoire naturelle de La Rochelle) : « La restauration du cabinet d’histoire naturelle de Clément Lafaille (XVIIIe siècle) dans le programme de rénovation du Muséum d’histoire naturelle (1994-2007) ».

20 mai 2016 : Son et musique : les instruments de musique dans les collections (Centre Alexandre Koyré)

  • Anne Houssay (Cité de la musique, ICT EA 337) : « Du Musée Instrumental du Conservatoire, au Musée de la musique à la Villette: Double déménagement des collections (1986 – 1997) »
  • Joël Gilbert (UMR 6613, laboratoire d’acoustique de l’Université du Maine) et Christophe Maniquet (INRAP) : « Le carnyx, une trompette gauloise. Un instrument de musique de type cuivre comme les autres ».

sur le site de l’Ehess

UE fondamentale Initiation à l’histoire des techniques 2016-2017

programme-ue-fondamentale-histoire-des-techniques-ehess-2016-2017

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré, 2016-2017

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés

Jeudi de 15 h à 17 h (Centre Alexandre-Koyré, 5e étage, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 19 janvier au 27 avril 2017

Le cours de M1 « Initiation à l’histoire des techniques » a pour but d’offrir un enseignement comprenant d’une part l’acquisition de repères historiques et historiographiques sur la longue durée et dans une perspective globale, d’autre part la connaissance des sources (archives, objets, images, supports numériques) et des sites patrimoniaux, enfin la maîtrise de méthodologies croisant l’histoire, l’archéologie et les sciences humaines. Ce cours ouvre sur la préparation de cursus en M2 recherche tout en offrant des bases pour les métiers du patrimoine. Les thématiques sont variées, elles concernent le spectre large des techniques, aussi bien les techniques de production que les techniques sociales, corporelles, artistiques, etc. et les enjeux dont elles sont investies par les individus, les communautés, les pouvoirs.

Responsables : Liliane Hilaire-Pérez, Marie Thébaud-Sorger. Mails : liliane.perez@wanadoo.fr ; Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr