Pôle documentaire de la Fonderie

Fonderie

Le pôle documentaire de la Fonderie met en ligne sur son site  (http://www.pole-doc-fonderie.uha.fr/ ) des documents issus des archives et bibliothèques mulhousiennes concernant l’histoire et le patrimoine industriels, techniques et scientifiques.

Vous y trouverez notamment :

– 3 bases de données : Images du chemin de fer ; Galerie de portraits (250 environ avec biographies) ; Travail et risques (dossiers sur le travail des enfants, le logement ouvrier, les statistiques mulhousiennes au XIXe siècle ; série de photos d’ouvriers de fonderie et d’apprentis de la SACM, etc.)

– 3 expositions virtuelles sur le chemin de fer et le logement social à Mulhouse

– Trésors du mois : album de la manufacture Huber à Moscou, échantillons de DMC, albums d’Engelmann, fonds de la Compagnie du chemin de fer du Yunnan, costumes hindous, daguerréotypes de Dollfus-Ausset, livres scientifiques, etc.

Ces documents sont également disponibles sur Gallica.

La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation

 

Ateliers Campus Condorcet

Partenaires Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

 Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. L’histoire des techniques s’est particulièrement intéressée à cette démarche sous des formes diverses : maquettes, spectacles, mises en scène, films, que l’apport des outils numériques de la 3D a également enrichis et complétés. Or, ces objets se trouvent au croisement de pratiques assez diverses, tant dans leurs productions que dans leurs usages : alors que la recherche fait de leur élaboration de véritables processus heuristiques, ils sont aussi produits à des fins de valorisation dans des contextes muséaux ou de médiations plus ‘grand public’. Ainsi la constitution de ces artefacts soulève un certain nombre de questionnements. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier aurait donc pour objet, en premier lieu d’analyser de manière réflexive les usages de ces processus pour la recherche au cours de cinq demi journées thématiques accompagnées d’un carnet de recherche en open-edition (hypothèse.org). Il s’agira également d’élaborer en second lieu le socle d’une réflexion pluridisciplinaire sur le rôle que ces technologies peuvent avoir dans la mémoire des activités et des lieux, mettant en perspective le site du Campus Condorcet et son insertion dans un espace parisien et péri-parisien en recomposition.

 

La reconstitution,   in vivo et numérique

 

Restituer la diversité des activités, des manières d’être, de travailler et d’habiter, les formes de la transmission et de la réception, la variété des interactions humaines dans leur dimension sensibles et corporées, demeure un enjeu commun à nombre de sciences humaines et sociales, archéologie, histoire, anthropologie et particulièrement dans le champ des techniques. Retrouver les traces des gestes oubliés, des savoir-faire des métiers, de sites de production disparus (ateliers, manufactures, boutiques…) dans leur organisation et leur environnement, constitue un ensemble de problématiques dont se sont saisis à des degrés divers les historiens, en collaboration souvent avec les acteurs du patrimoine bâti et archivistique. La question intéresse directement notre rapport aux traces du passé, dans la pluralité des formes matérielles qu’elles prennent : supports écrits (archives de la pratique, des corps de métiers, sources institutionnelles, juridiques), objets, fragments, échantillons ou bâtiments. Comment appréhender les dispositifs ingénieux, le fonctionnement de machineries de tout ordre, la variété des processus de fabrication et des savoirs opératoires, la justesse des tours de main souvent incorporés et tacites, et les ajustements souvent infimes de la pratique ?

Ces dernières décennies, de multiples initiatives ont fleuri et tentent, par la reconstitution, de pallier ces manques, permettant de renouveler nos approches intellectuelles en termes d’histoire des procédés. L’intérêt scientifique de l’archéologie expérimentale, par exemple pour comprendre les techniques de production et l’emploi d’outils paléolithiques, avait été démontré il y a longtemps par André Leroi-Gourhan. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre que ces démarches révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Ces initiatives qui n’émanent pas nécessairement du  monde académique permettent de rapprocher des acteurs de différents milieux (y compris amateurs et collectionneurs).

Conjointement l’introduction de nouveaux outils numériques, et notamment des restitutions 3D, a ouvert la voie à d’autres formes de reconstitution, permettant de modéliser et de recréer des sites de productions et machines, offrant de nouveaux moyens à la fois de représenter mais aussi de rendre intelligibles les gestes, les savoirs et procédés passés. Ces entreprises de numérisation, souvent émanant du modèle ingénieural, ne sont pas exempt d’un certains nombre de limites quant à leur conceptualisation – absence du traitement des sens par exemple (matière, bruit du travail, environnement)-, leur choix interprétatifs et esthétiques, et enfin leur finalité, d’autant que les attendus du monde de recherche, pour lesquels elles soulèvent un ensemble d’hypothèses fécondes, ne coïncident pas nécessairement avec l’agenda des projets de médiation ou de valorisation.

 

Les objectifs de l’atelier

 

Processus heuristique ou objet de médiation grand public, l’artefact soulève donc nombre de questionnements. L’efflorescence de projets rend à la fois possible mais aussi nécessaire de se pencher de manière réflexive sur les modalités de production de ces dispositifs, sur les usages qui en sont faits comme sur les dynamiques de recherche qu’elles ont pu ou non produire. Cet atelier aurait donc pour objet de partir des initiatives et réalisations en cours dans le domaine, de les comparer et de les interroger, y compris des entreprises menées hors de France. Mais loin de se cantonner aux enjeux propres à l’histoire des techniques, on viserait à engager, premièrement, la réflexion sur les usages de ces procédés de dématérialisation/re-matérialisation en écho d’autres disciplines qui ont activement mobilisés ces outils, notamment l’histoire des sciences et du spectacle vivant, et, deuxièmement, à considérer leur élaboration comme le lieu d’un dialogue possible entre les métiers de la recherche – dans la diversité de leur pratique – et les différents acteurs impliqués (institutions culturelles, visées pédagogiques, politiques urbaines, communautés d’amateurs, publics…).

Artefact vivant ou numérique, projet hybride parfois mixant les supports (spectacle, application numérique, gamification, film,..), ces entreprises menées à partir des archives sont des réalisations coûteuses, souvent longues et complexes à mettre en œuvre. Elles nous incitent à interroger l’usage de ces outils pour la recherche et les communautés qu’elles rassemblent pour les produire. Or, par sa capacité à ‘rendre vivant’, la reconstitution offre souvent l’illusion d’une reconstruction, proposant une interprétation scénarisée qui tend parfois à effacer les modalités de sa conception, et ce aux dépens des multiples voies d’explorations qu’elle permet : un moyen non uniquement de ‘résoudre’ mais peut-être d’explorer des hypothèses et de recenser la variété des arrangements possibles.

Ouvrir cet atelier réflexif sur les usages des reconstitutions aurait toute sa pertinence au sein du Campus Condorcet. En premier lieu, parce qu’il permettrait de faire émerger une réflexion transdisciplinaire sur un thème particulier des Humanités numériques en rapprochant des chercheurs de différentes institutions du Campus (CNRS, l’EHESS, le Cnam, l’ENC, l’EPHE, Paris 8) et au-delà (Université d’Evry, direction générale du Patrimoine, Inventaire du patrimoine…). En second lieu, parce qu’il met en perspective cette mémoire de la technique alors que le Campus et les nouveaux lieux de la recherche qu’il accueille s’inscrivent géographiquement dans des sites autrefois modelés par les activités productives de petits ateliers et usines, activités liées à la chimie, à la métallurgie et à la mécanique, et logés dans l’entrelacs d’infrastructures qui ont cédé la place à la recomposition architecturale et urbaine du paysage du Grand Paris.

 

Partenaires

 

Cet atelier s’organisera sous la forme de six demi-journées, de janvier à juin, accompagnées d’un carnet de recherche (hypothèse.org), à l’issue desquelles on espère ouvrir des pistes pour des entreprises collectives ultérieures qui pourraient prendre diverses formes (exposition virtuelle, projet de recherche collaboratif…).

Porté par des chercheurs du CNRS (Centre Alexandre Koyré), de l’EHESS, de l’EPHE, du Cnam (ILJ-CEDRIC), du CTHS (Ecole nationale des chartes), de l’Université Paris 8 (IDHES), mais aussi de l’université d’Evry (IDHES, également) et de la Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS) notamment, il espère impliquer les laboratoires traitant des questions de médiations, de numérisation et 3D du campus, et engager le dialogue entre historiens, sociologues, conservateurs, philosophes, antropologues …

Which craft? Milan, juillet 2016

Which craft? Politics and aesthetics of handicraft in post-industrial contexts

14th EASA Biennial Conference Anthropological legacies and human futures – University of Milano-Bicocca

20-23 juillet 2016

Transdisciplinary, contextual approaches looking beyond the formal dimensions of « what is craft » are needed to unravel the political economics and aesthetics that underlie the growing social demand for handicraft, a once inconsequential activity now at to the forefront of global identity politics

To propose a paper : http://nomadit.co.uk/easa/easa2016/panels.php5?PanelID=4169 Reference / Quellennachweis:CFP: Which craft? Politics &aesthetics of handicraft (Milan, 20-23 Jul 16). In: H-ArtHist, Feb 12, 2016. <http://arthist.net/archive/12216>.

AAC – Patrimoines du sud : les marbres du Midi – Mars 2016

appel à contributions marbres _Patrimoines du sud n4

Appel à communication : revue Patrimoines du sud : actualité de la recherche sur les marbres du Midi

  • La connaissance du matériau : analyses pétrographique et pétrophysique, techniques de restauration, études des circuits de production et de commercialisation ;
  • La connaissance des techniques d’extraction : études des outils, des machines et des savoir-faire ;
  • La mise en œuvre des marbres : études d’un ensemble architectural, études d’un ensemble mobilier ;
  • Les carriers, les tailleurs et les maçons : études portant sur les circulations des techniciens, monographies d’un groupe ou d’un individu ;
  • La patrimonialisation du marbre : projets ou réalisations muséographiques, exemples de mise en réseau, exemples de circuits touristiques, approches artistiques autour du marbre.

L’appel à court jusqu’au 15 mars 2016

Lisa Caliste et Géraldine Mallet pour la revue Patrimoines du Sud