Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir.), La mer en partage, 2016

Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir.), La mer en partage. Sociétés littorales et économies maritimes (XVIe-XIXe siècle). Études offertes à Gilbert Buti, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, 363 pages, 29 euros.

L’histoire maritime a su rénover ses objets, ses interrogations et ses méthodes au cours des trois dernières décennies. Les études portant sur les sociétés littorales et les économies maritimes entre le XVIe et le XXe siècle sont aujourd’hui devenues un champ de recherches profondément novateur, capable de questionner et d’éclairer le fonctionnement des sociétés passées et présentes. À partir de différents observatoires et d’approches variées, depuis la micro-histoire jusqu’à l’histoire globale, les contributions rassemblées dans cet ouvrage autour de quelques thématiques structurantes entendent montrer le chemin parcouru par la « discipline » et dévoilent les chantiers les plus prometteurs pour le futur. Des rives de l’Empire ottoman aux Caraïbes, des côtes provençales au littoral breton, la mer y est appréhendée et analysée, successivement ou simultanément, comme gisement de ressources, lieu de travail, vecteur d’échanges et de mobilités, territoire de cultures et de pouvoirs, observatoire de relations sociales, autant d’éléments qui, mis en relation, brossent un tableau global des sociétés littorales et des économies maritimes, en évoquant leurs évolutions et leur diversité.

Technique et technoscience après Simondon, 13 mai 2016

Le Centre international des études simondoniennes (Fondation « pour la science »/MSH Paris-Nord) organise sa journée d’études le vendredi 13 mai, salle 410 de la MSH Paris-Nord, 20 avenue George Sand, Paris

Technique et technoscience après Simondon

9h30 : Vincent Bontems (Larsim – CEA / CIDES) : « Modéliser les lignées techniques: au-delà de Simondon »

10h20 : Yuk Hui (Université Leuphana (Lüneburg) / CIDES) : « Qu’est-ce que la « marge d’indétermination » dans MEOT ? »

11h20 : Ludovic Duhem (ESAD Valenciennes / CIDES) : « Le sublime technologique »

12h10 : Jérémy Grosman (doctorant, Université de Namur): « Communiquer la technique : encyclopédisme et pédagogie, conditions d’une technologie »

14h30 : Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1) : « La temporalité des objets techniques »

15h10 : Jean-Hugues Barthélémy (CIDES) : «  »Technoscience » et découverte/invention: propositions épistémologiques pour un devenir-concept d’une idée devenue embarrassante »

Vincent Bontems dir., Gilbert Simondon et l’invention du futur, 2016

22520100798680L

Gilbert Simondon et l’invention du futur – Introduction par V. Bontems

Gilbert Simondon et l’invention du futur

Vincent Bontems dir., aux éditions Klincksieck, 2016 : http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100798680

La décade « Gilbert Simondon ou l’invention du futur », qui se tint du 5 au 15 août 2013 au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, a rassemblé des participants du monde entier et de toutes disciplines. Elle fut un intense moment d’émulation et d’échange où les spécialistes, comme Jean-Hugues Barthélémy, Andrew Feenberg ou Bernard Stiegler, et les chercheurs venus d’autres horizons, tels que Armand Hatchuel, Gilles Cohen-Tannoudji ou Thierry Gaudin, ainsi que toute une génération de jeunes chercheurs eurent à cœur de partager leur pensée la plus vive dans un esprit d’ouverture. Il en résulte un livre foisonnant où l’astrophysique côtoie la psychothérapie, où l’architecture dialogue avec l’informatique et où tous les savoirs tendent vers une communication encyclopédique.

Ces actes regroupent une trentaine de contributions et abordent sept thématiques transdiciplinaires : les transductions politiques de Simondon ; la technoesthétique et le design ;  la culture technologique ; le préindividuel en mécanique quantique ; l’information et les réseaux ; le sens du transindividuel ; et une philosophie en devenir. Premier jalon dans l’internationalisation des études simondoniennes, cet ouvrage propose un panorama des recherches menées à partir de la pensée de Simondon dans une perspective opératoire résolument orientée vers l’avenir.

 

Françoise Lucbert et Stéphane Tison (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière, 2016

1459239136

L’imaginaire de l’aviation pionnière

Contribution à l’histoire des représentations de la conquête aérienne, 1903-1927

2016 Françoise Lucbert et Stéphane Tison (dir.)

Ce volume cherche à comprendre la façon dont les progrès de la locomotion aérienne entre 1903 et 1927 transforment l’appréhension de la réalité et renouvellent les représentations, matérielles autant que symboliques, de l’imaginaire aérien. Dans quelle mesure la maîtrise du plus lourd que l’air contribue-t- elle à déterminer le rôle et la place de l’être humain dans la société, le monde, l’univers ?

Thomas Golsenne et Patricia Ribault éd., Essais de bricologie, Techniques&Culture, n°64, 2016

039aad422f

Revue Techniques&Culture, n°64

Essais de bricologie, Ethnologie de l’art et du design contemporains

Sous la direction de Thomas Golsenne et Patricia Ribault

L’art et le design d’aujourd’hui ne proposent plus seulement des tableaux à contempler et des chaises pour s’asseoir, mais des protocoles, des modes de vie, des pièces à activer, des outils, etc. Le rapport à l’objet et le statut de l’objet se sont renouvelés.

Techniques&Culture s’intéresse à un des aspects fondamentaux de notre propre culture : notre production artistique, sous l’angle de la « bricologie » qui est à l’art et au design ce que la technologie est à la technique : une réflexion sur les pratiques. C’est un univers de pensée où le savoir se combine au faire.

ISBN 978-2-7132-2505-5    Mars 2016

 

3CFHC – Troisième Congrès francophone d’Histoire de la Construction – 17 mai2016

Constr.

3CFHC- Appel a communication

Appel à communication – prolongation jusqu’au 17 mai 2016

3CFHC – Troisième Congrès francophone d’Histoire de la Construction

21 au 23 juin 2017, ENSA de Nantes

Une fois encore l’interdisciplinarité en sera le maître-mot. L’archéologie, l’histoire de l’architecture, l’histoire du droit, l’ingénierie, la mécanique, la littérature… seront confrontées dans leurs méthodes et leurs résultats. De même, praticiens de la construction et chercheurs pourront croiser leurs approches.
Si les thématiques traditionnelles à l’histoire de la construction seront bien présentes, des sujets peu évoqués dans les précédents colloques (construction des paysages) ou propres aux laboratoires nantais seront aussi abordés. Enfin, des thèmes liés plus spécifiquement à l’espace géographique nantais sont proposés. Ainsi ce troisième congrès, embrassant tous les territoires dans un champ chronologique très large sera-t-il placé sous le sceau de la continuité et de la nouveauté.

Résumé de 300 mots maximum, avec un titre et assorti de six mots clés choisis parmi la liste dans l’appel à communication en ligne: Voir l’appel à communication en ligne

Site web : http://3cfhc.sciencesconf.org/
Contact : 3cfhc@sciencesconf.org

Exposition Ne Rêvez plus, Volez ! – LE HAVRE 9 avril – 7 novembre 2016

Ne rêvez plus, volez !-1

En cette année du bicentenaire de la mort de Louis-Bernard Guyton de Morveau, aéronaute dès 1784 puis initiateur de l’aérostation militaire, nous vous informons que l’inauguration de l’exposition :

Ne Rêvez plus, Volez ! Montgolfière ou Ballon ?

Maison de l’Armateur, 3 quai de l’Ile – 76600 – LE HAVRE

9 avril – 7 novembre 2016

Avec le printemps 2016 et jusqu’à l’automne, la Maison de l’armateur, Musée de France voué à l’architecture de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle et à tous les arts qui conduisent au ravissement des lieux, se tourne vers la plus folle ambition de l’homme : voler.

Cette exposition illustre, à travers plusieurs centaines de pièces : porcelaines, mobilier, peintures, estampes, objets d’art…, la fascination pour les premières machines volantes. Elle peut voir le jour, grâce à la passion de femmes et d’hommes qui ont mis le souvenir de ces envols au cœur de leur pensée.

 

La coopération spatiale du global au national – CAK, 20 avril 2016

Journée d’étude du 20 avril 2016  – La coopération spatiale du global au national : enjeux, échelles et éléments de comparaison, organisée par FRAMESPA et Centre A. Koyré

Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

1- L’environnement, le global et l’international

Sabine Höhler, KTH Stockholm : Local Disruption or Global Condition? The Satellite View of El Niño

Nina Wormbs, KTH Stockholm : The Environmental Sublime and Remote Sensing Imagery

Paul Counet, Eumetsat : La coopération dans le domaine de la météorologie spatiale

2- L’espace et la coopération régionale

Florence Sborowsky, FRS : D’Arabsat à Hope, d’un projet de coopération régionale concret à un discours symbolique arabe

 3-Les approches nationales des programmes de coopération internationale

Isabelle Gouarné, CURAPP-ESS : Ouverture et secret, la difficile gestion par l’Union soviétique de la coopération spatiale avec la France au temps de la guerre froide

Clair Juilliet, FRAMESPA : Les manifestations de la coopération internationale pour les salariés d’une grande entreprise aéronautiques (années 1940-années 1970)

David Comby, CNES : Galiléo, les composantes d’une coopération complexe dans le domaine de la navigation par satellite

Néstor Herran, Sebastian Grevsmühl, Projet HoNEST, Sorbonne-Universités : Les isotopes comme traceurs de la coopération internationale nucléaire

Claire Jolly, OCDE : La place de la coopération dans les travaux OCDE sur le suivi des activités spatiales

Richard Bonneville : La coopération au sein du COSPAR

Jeudi 14 avril 2016-José Ramón Bertomeu-Sánchez-Les savoirs opératoires de la matière-

Prochaine séance du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré, co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF),

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 14 avril 2016

José Ramón Bertomeu-Sánchez (Université de Valence, Espagne/IHMC)

Chemistry, Medicine and Crime: Arsenic in Nineteenth-Century France

Discutante, Nathalie Jas (INRA/RiTME)

“The paper reviews the movement of poisons across different popular, medical and legal cultures during the 1830s and 1840s in France. Poisons such as arsenic were common materials employed in everyday life for different purposes in agriculture and industry.  They were also frequent protagonists in popular literature, folk tales, theater plays, and other forms of popular culture. At the same time, they were both objects and tools of inquiry in medicine and science. From a legal point of view, poisons were criminal tools for performing silent murders, which were very difficult to prove in court. The testimony of regular witnesses was useless due to the secret nature of poisoning crimes, so judges frequently requested the advice of experts in medicine and chemical analysis. Prompted by unexpected situations and puzzling questions, nineteenth-century toxicological research developed along with criminal investigations during poisoning trials. Apart from its criminal uses, arsenic was employed in many other activities in nineteenth-century France: wallpaper pigment, embalming, agriculture, rat poison, veterinary treatments, medical drugs, etc.  I follow the traces of arsenic in these different contexts in the first half of the nineteenth-century in France. I remark on its elusive nature regarding color, taste and smell and the entanglement between this ambiguous identity of arsenic and the different methods employed for detecting mineral poisons during the 1830s. These methods provided different visual and material forms of proof, which were employed for several purposes in laboratories, academies, salons and courtrooms. Attention is paid to the new high-sensitivity chemical techniques such as the Marsh test. I also highlight the persistence of old methods, which were employed in different contexts, sometimes for different purposes. Finally, I describe how expert controversies emerged from poisoning trials and their circulation in newspapers, literature and other forms of popular culture. I show that these movements were multidirectional and involved new challenges for toxicologists in courts.”

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Programme du séminaire : http://techniqcak.hypotheses.org