Industry and the City in Europe and Japan, 1770-1930 – 7 juin 2016

Industry-and-the-City-A4-Poster

Industry and the City in Europe and Japan.

Tokyo, Paris, London, Kyoto and Osaka 1770-1930

June 7, 2016 – EHESS, Paris

This workshop seeks to explore industry’s interface with the urban fabric in a comparative perspective. The goal is to bring together emerging research on Japanese urban industrial cities with research results on their counterparts in France and England.

Specifically, the workshop will focus on mapping of the industrial activity onto the urban fabric of Tokyo, Paris, London, Osaka. Our investigation will revolve around the following questions: How does industrial activity invest a city? How does industry map onto an existing urban fabric? If and how does it map onto existing artisanal spaces? How intensification of industrial activity recasts old and forges new spatial configurations in an urban setting?

In Japan, the urban fabric of early modern Edo was strongly determined by the social status stratification with clear reflection in residence patterns. When in late Tokugawa period, the system of mandatory residence of domain lords in Edo (sankin kôtai) was dismantled, a large number of domain residences in Tokyo came to be abandoned. Did Tokyo industry emerge in the artisanal heart of the city or did abandoned domain residents and gardens provide fertile grounds for small scale industrial activity? In the case of Osaka, before 1880s, little suggested that it would become one of two principal industrial cities of Japan and the capital of the chemical industry. How did chemical industry come to inhabit Osaka between 1890 and 1920? How did chemical installation affect the urban fabric of the city?

Contact: aleksandra.kobiljski@ehess.fr

Industry and the City A4 Poster

Grands discours et petites machines : les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

Jeudi 9 juin 2016

Sacha Loeve (COSTECH – UTC)

Grands discours et petites machines :

les savoirs opératoires de la matière dans les nanotechnologies

“Les nanotechnologies occupent d’abord l’espace public et médiatique par de grandes promesses. Tous les secteurs industriels se verraient bientôt potentialisés par une maîtrise sans précédent des « briques élémentaires de construction » de la matière. Depuis quinze ans déjà, une énième révolution industrielle est annoncée, assortie d’interminables listes d’applications : matériaux fonctionnels, adaptatifs, dépolluants, plus performants et moins chers, laboratoires sur puce, médicaments ciblés sans effets secondaires, interfaces cerveau-machine, miniaturisation ultime des composants électroniques… Censé libérer tous les possibles, l’accès à la nano-échelle permettrait à l’industrie humaine de vaincre définitivement la résistance de la matière pour édifier un monde obéissant au doigt et à l’œil.

Dans cette intervention, nous ferons le récit de quelques pratiques de laboratoire relevant de trois domaines emblématiques de la posture « nano ». 1) La microscopie en champ proche, qui a permis de générer des images de la matière à l’échelle nanométrique et de nos capacités à en manipuler la structure, appuyé la montée en puissance des nanotechnologies dans les priorités des politiques de recherche, et fait exister le « nanomonde » en images aux yeux du grand public. 2) Les machines moléculaires, qui semblent porteuses d’une artificialisation illimitée de la nature. 3) Les pratiques de calcul et de simulation de nano-objets, qui paraissent effacer toute distinction entre la matière et l’information.

On montrera comment ces pratiques ont pu alimenter les grands discours de maîtrise de la matière sans s’y laisser complètement enrôler, et en quoi les savoirs opératoires des nanotechnologies font entrevoir des rapports à la matière bien plus riches que la simple relation maître-esclave.”

 

Discutant, Emmanuel Bertrand (ESPCI ParisTech/CAK)

Le séminaire se tiendra de 14h à 17h au Centre Alexandre Koyré (27, rue Damesme, 75013 Paris, salle de séminaire, 5e étage)

 

Contacts

Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr

Soutenance Rémi DURAND 3 juin 2016 – De la contre-culture à l' »évangélisme technologique »

Soutenance de Rémi DURAND

3 juin à 14h au Centre Alexandre Koyré (5ème étage),

De la contre-culture à l' »évangélisme technologique ». Les développeurs et la révolution du smartphone

Nous vivons, depuis plus d’un demi-siècle, ce que certains appellent une « troisième révolution industrielle », celle des ordinateurs personnels, des smartphones ou plus récemment des objets connectés. Si ces systèmes techniques marquent par leur puissance et par les nouvelles possibilités qu’ils ouvrent, ils n’en restent pas moins des plateformes qui, en elles-mêmes, n’ont pas d’utilité. Ce qui leur donne leur valeur d’usage sont essentiellement les applications que celles-ci proposent à leurs utilisateurs, et celles-ci ne sont pas forcément développées par les entreprises qui produisent ces plateformes. Cette thèse propose de s’intéresser aux développeurs d’applications tierces, et plus spécifiquement aux « communautés de développeurs » qui entourent les deux principales plateformes de l’industrie du smartphone : Android développée par Google, et celle de l’iPhone d’Apple. Quel intérêt présente l’analyse de cet univers socio-industriel ? Nous pourrions dire que ces écosystèmes de développeurs, notamment celui d’Android, présente un paradoxe. D’un côté il s’agit d’une plateforme open source, très liée à ce que certains ont appelé l’« éthique hacker », cet état d’esprit de « bidouilleurs » réfractaires aux formes d’autorités traditionnelles. De l’autre, cet univers constitue une organisation relativement cohérente, structurée, centralisée autour de l’acteur dominant qu’est Google, et traversée par de nouvelles formes d’asymétries et de nouveaux rapports de pouvoir, parfois plus importants que ceux qui rebutent les hackers. Ce travail propose d’explorer cet univers constitué de multinationales et des écosystèmes de développeurs qui les entourent, de regarder leur histoire, les logiques qui les sous-tendent, les dispositifs qui les structurent. Cette thèse soutient notamment l’idée que ces univers sont liés à une nouvelle forme de culture, tirant ses origines des mouvements contre-culturels qui ont marqué les années 1950 à 1970, caractérisée par des aspirations à créer, à travers l’innovation technique, des révolutions symboliques les plus radicales possibles et de nouveaux imaginaires, les plus vastes qui soient, à explorer avec passion.

Jury

  • Dominique Cardon, professeur associé à l’université Paris-Est Marne-la-vallée et membre du centre de recherche Orange Labs
  • Patrice Flichy, professeur à l’université Paris-Est Marne-la-vallée
  • Philippe Laredo, directeur de recherche à l’Université Paris-Est, et professeur à l’Université de Manchester
  • Christian Licoppe, professeur à Telecom ParisTech
  • Dominique Pestre, directeur de thèse à EHESS

En juin, le séminaire Femmes et savoirs vous invite à pénétrer les espaces masculins

2 juin :
Valérie Schafer
Des « computer girls » à la masculinisation de l’informatique
Valérie Burgos
Des femmes à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ?
16 juin :
Audrey Millet
Dessiner au féminin. Apprentissage et condition salariale en manufacture (XVIIIe-XIXe siècles).
Pour en savoir plus et nous rejoindre

AAC – Produits menacés, produits oubliés – 1er oct. 2016

appel à communication colloque TERESMA

Appel à communication du colloque dans le cadre du programme TERESMA, Bordeaux les 4 et 5 avril 2017 : »Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin XIVe-XXIe siècles »

Les propositions de communication sont à renvoyer avant le 1er octobre 2016 à
corinne.marache@gmail.com et phmeyzie@club-internet.fr.
Elles doivent comprendre impérativement :
– le titre de votre communication
– un résumé de 10 à 15 lignes
– une courte présentation biographique

 

E-FAITH – ANVERS, 16-17.06.2016

Patrimoine industriel 2016
9e Rencontre européenne pour les bénévoles et les associations du patrimoine industriel et technique
ANVERS, 16-17.06.2016

Invitation et appel à communications

E-FAITH, La Fédération Européenne des Associations du Patrimoine Industriel et Technique (European Federation of Associations of Industrial and Technical Heritage) est la plate-forme qui vise à promouvoir les contacts et la coopération européenne entre les associations à but non lucratif, par la mise en place de lieux où elles peuvent se rencontrer, échanger des expériences, apprendre de nouvelles compétences et soutenir les activités des autres associations.

Des informations complémentaires sont disponibles:

– sur le site d’E-FAITH http://www.industrialheritage.eu (cliquez vers http://www.industrialheritage.eu/events/next-industrial-heritage-weekend )

ou sur demande par mél : Weekend2016@e-faith.org

 

24 mai-Technology in Early Modern Transoceanic Empires- Maria Portuondo

Mardi 24 mai

 Le groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré,Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

a le plaisir d’accueillir pour une séance spéciale

Maria Portuondo

(Johns Hopkins University, Baltimore) professeure invitée à l’EHESS en mai-juin 2016

Elle présentera la conférence suivante

Technology in Early Modern Transoceanic Empires

EHESS, 105 bld raspail, salle 8

14h-16h

Résumé

This conference discusses the panorama of the historical studies of technology during the early modern era, and in particular, those technologies that were integral to the development and successful establishment of transoceanic empires. It beings with a survey of the state of historical studies on a select technologies: navigation & instrumentation, shipbuilding and design, planning and construction of defenses, urban planning and construction and the development of overland transportations networks. Examples of these will be drawn not just from the Spanish case, but from English and Dutch cases as well. I then present a series of theoretical approaches that have been proven useful in studies of later technologies and propose ways in which these could be brought to bear on technologies of transoceanic empires. Finally, I will argue that this field of study, rooted as it is in material culture and the built environment, must rely on the interdisciplinary collaboration between historians, archeologists, anthropologist, engineers and sociologists of technology.

Vous êtes tous bienvenus

page de Maria Portuondo

http://host.jhu.edu/directory/maria-m-portuondo/

 

TRANSHUMAIN TOI-MEME ! 27 mai 2016

IMAGE
TRANSHUMAIN TOI-MEME !
Penser, questionner et échanger avec le public sur les promesses et menaces auxquelles renvoient les technosciences portées par la mouvance transhumaniste, telle est l’ambition des élèves du CNAM des formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Elles/ils proposent de le faire au travers d’une création théâtrale : « Transhumain toi- même ! ». Une représentation unique aura lieu au Théâtre de la Reine blanche le vendredi 27 mai à 21h, à Paris – passage Ruelle (18e)

http://www.reineblanche.com/portfolio_page/carte-blanche-michel-lette-cnam-transhumain-toi-meme/

L’imaginaire de la maison étanche 20 mai 2016

Programme du 20 mai 2016 Journee ____Maison etanche____

L’imaginaire de la maison étanche

 Journée d’étude réalisée dans le cadre du projet Hesam :  Cetcopra (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette.

20 mai 2016, 9h30-12h30 Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville 60 bd de la Villette  75019 Paris. Salle vitrée de l’IPRAUS, 3e étage, 1er escalier

Journée d’étude 12 mai- Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers

Journée combinée

Reconstruire les techniques et les savoir faire d’ateliers
Vernis, laques & pigments

Ateliers Campus-Condorcet, la reconstitution : processus heuristique et/ou objet de médiation
 et Séminaire du groupe TAK « Savoirs opératoires de la matière »

Jeudi 12 mai 2016, 9h30-17h00
Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris (5e étage)
Matin, 9h30-13h00

Reconstituer gestes, savoir faire et substances

Organisé dans le cadre des Ateliers Campus Condorcet
La reconstitution – processus heuristique et/ou objet de médiation ?
Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS-MNHN), SAPRAT (EPHE), ILJ-CEDRIC (Cnam), CTHS (Ecole Nationale des Chartes), CEMS (CNRS-EHESS), IDHES (Université d’Evry-Val d’Essonne & Université de Paris 8), SPHERE (CNRS-Paris7), Direction générale des patrimoines (DGP/DPRPS).

Les entreprises de reconstitution ont permis d’appréhender des phénomènes historiques difficilement saisissables par le seul truchement des archives, de restituer et de mettre en situation des gestes, des objets en mouvement, des processus, des événements disparus. En partant d’un état des lieux des initiatives et des réalisations en cours dans ce domaine, cet atelier a donc pour objet, d’analyser de manière réflexive les usages heuristiques de ces processus pour la recherche. Cette démarche engage celle d’une nouvelle relation aux archives, initiant des aller-retour permanents entre l’investigation pratique qu’induisent le re-faire, le re-construire, le re-produire, et les sources textuelles, visuelles, archéologiques, qui subsistent. Outre qu’elles révèlent la valeur documentaire de certaines sources auparavant négligées, elles montrent également les hiatus qui persistent entre les informations descriptives tirées des sources croisées et la réalisation concrète. Cette matinée souhaite initier une réflexion sur les usages de cette méthodologie quant à l’histoire de la production matérielle et du travail sur le temps long : Comment aller au plus près du geste technique, de la restitution des chaînes opératoires, des savoirs de la main sis dans l’atelier, la fabrique, le chantier ? Nous envisagerons ces problématiques à partir de la discussion d’un ensemble de trois expériences récemment menées et reliées à une approche matérielle des savoirs techniques et des arts à période moderne autour d’entreprises de restitution de la composition de vernis, laques et pigments et des pratiques d’ateliers.

9h30 accueil
10h Retours d’expériences
Simona Valeriani (V&A)
Thinking and Experiencing Techne: exploring 16th c. workshop practices through re-enactment
 
Claire Betelu (EA HiCSA /Paris I)
Examen comparé de deux  reconstitutions: pigment (garance) et pantographe, réflexion sur les visées et la portée de la  reconstitution.
 
Vincent Cattersel (Université d’Anvers, conservation studies)
Of Varnishes and Lacquers’
12h Discussion générale

Après-midi
14h00-17h00

Laques et vernis dans la culture consumériste, XVIe-XVIIIe siècle

Table ronde organisée dans le cadre du Séminaire mensuel du groupe Tak-Histoire des Techniques à Koyré
Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation
 
Cette table ronde souhaite faire dialoguer historiens, chimistes, conservateurs, restaurateurs autour des laques et vernis à la période moderne. Elle suggère de croiser l’approche matérielle de la peinture des historiens d’art, menée souvent de concert avec les conservateurs et les chimistes et les apports des historiens des techniques et de la consommation qui ont mis en évidence la manière dont le travail spécifique sur les matériaux s’inscrit dans des contextes de productions et d’usages particuliers. En premier lieu, avant d’être objet de collection, l’étude de ces objets souvent utilitaires – qu’il nous faut considérer en intégrant leur cycle de vie et de réparations – relève de l’histoire des gestes et de l’organisation du travail, de l’histoire des savoirs et de celle des usages techniques. En second lieu, il s’agira également de confronter de manière dynamique – et différemment selon les disciplines – l’articulation entre les sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets, et le recours aux techniques contemporaines d’analyses. Par là nous aimerions d’une part mieux contribuer à la compréhension générale des techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) en restituant la spécificité des ‘vernis’ dans cet ensemble, et, d’autre part dégager des pistes futures pour une histoire plus globale de ces savoir faire et de leur circulation, et ce sur l’ensemble de la période.
Table ronde

Marta Ajmar (Head of programme V&A/RCA, History of Design)
Seeing Into Things:  Varnishes, Multilayered Artefacts and Technological Knowledge in the Sixteenth Century


Anne Forray-Carlier (Conservatrice, Musée des Arts décoratifs) & Anne-Solenn Le Hô, (Chimiste, c2rmf)
Autour des vernis Martin
 
Delphine Steyaert & Louise Decq (Projet ELinC, Les laques européennes et leur contexte)
Présentation des recherches en cours
 
Romain Thomas (Maître de conférences, Université de Nanterre, Histoire de l’art)
Étude des surfaces et histoire de l’art moderne: éléments de réflexion.
 
Discussion générale

Anne Jacquin (restauratrice) ; Bing Zhao (CNRS, CRCAO) ; Claire Betelu (Paris I) ; Vincent Cattersel, Steven Saverwyns (Projet ELinC) ; Simona Valeriani (V&A)
 
 
Adresse : CAK, 27, rue Damesme, 75013 Paris — salle de séminaire, 5e étage
Contact et Inscription (gratuite et obligatoire: marie.thebaud-sorger@cnrs.fr