Revue Aedificare

Nouvelle revue internationale d’histoire de la construction, Aedificare

Le premier numéro est prévu pour janvier 2017. Cette revue est multilingue et bi-annuelle en ligne et papier.

Nous acceptons les propositions de numéros et les articles à l’adresse aedificare.revue@gmail.com.  Même si le premier numéro est en cours d’élaboration, nous pouvons encore accepter des textes pour celui-ci. N’hésitez pas à nous contacter.

http://www.histoireconstruction.fr/wp-content/uploads/2016/06/Aedificare-FR-1.pdf

Ateliers Artefact- 29 et 30 septembre 2016

Première édition des

Ateliers Artefact

 Paris

29 & 30 septembre 2016

Organisé par l’association de la revue

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

ateliers-artefact-2016

Cette rencontre propose un espace d’exploration permettant aux jeunes chercheur.se.s en histoire, sociologie, ethnologie, anthropologie, philosophie et archéologie, dont les travaux portent sur des périodes anciennes ou contemporaines, de développer et de diffuser les facettes de leur recherche qui relèvent du champ des techniques.

candidats selectionnés :

Luisa Arango

Controverses coloniales et contemporaines sur la qualité de l’eau : l’usage des sabil dans la ville de Khartoum (Soudan)

Géraldine Barron

La technologie « à la française » : réflexions autour de l’œuvre d’Edmond Pâris (1806-1893).

Ouidad Hamitri

La chirurgie en al-Andalus au Xe siècle selon al Zahrawi : aspects techniques et matériels.

Julie Marchand

La transition byzantino-islamique a-t-elle eu un impact technique sur le vaisselier égyptien?

Maud Villeret

L’art délicat du raffinage du sucre : une évolution des techniques sans révolution (France, XVIIIe siècle).

Charles-Antoine Wanecq

Faire revenir à la vie : gestes et objets de l’urgence médicale (France, 1945-198

Mentors

Ricardo Cordoba (Université de Cordoue), Ludovic Coupaye (University College London), Anna Guagnini (Université de Bologne), Liliane Hilaire-Pérez (Université de Paris Diderot, Paris7), Thomas Le Roux (CNRS/CRH, Paris), Sarah Teasley (V&A/RCA, Londres).

Avec le soutien des

Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS/MNHN)

Laboratoire Identités, Cultures Territoires (Université Paris Diderot Paris7)

Laboratoire Connaissance Organisation et Systèmes Techniques (UTC)

SPHERE (Université Paris Diderot Paris7)

Centre Chine Corée Japon (CNRS/EHESS).

Comité d’organisation:

Liliane Hilaire-Pérez, Aleksandra Kobiljski, Marie Thébaud-Sorger, Koen Vermeir

Contact: artefact.thsh@gmail.com

lieu:

Campus de l’Université de Paris Diderot Paris7

Bat. Olympe de Gouges, 5 place Paul Ricœur

JE Fecit ex natura, 18 novembre 2016

http://up5.fr/fecit-prog

Fecit ex natura : le métier d’illustrateur des sciences médicales du XVIe au XXe siècle

Journée d’étude: 18 novembre 2016

Paris, 12 rue de l’École de médecine, grand amphithéâtre de l’université Paris Descartes

Maxime Georges Métraux (université Paris-Sorbonne), Chloé Perrot (université de Lille 3), Jean-François Vincent (Bibliothèque interuniversitaire de santé, Paris)

L’atelier de la nature/ The workshop of nature -Call for paper- 20 septembre 2016)

L’atelier de la nature.
Production des savoirs matériels, production matérielle des savoirs (LabEx Hastec, CAK, CHC)

Journée d’études internationale

 Paris, 10 novembre 2016

Cette journée d’étude vise à penser les relations entre l’expérience in situ en plein air, telle qu’elle a été construite par une variété d’acteurs (savants, voyageurs, peintres, habitants) en la mettant en relation avec le travail dans « l’atelier » pris au sens large de lieu de travail, dans lequel la nature peut être transformée (laboratoires), recréée (peintres), classifiée (savoirs des antiquaires et collectionneurs).

Les sites naturels, « atelier de la nature », constituent des lieux de savoirs où les matériaux sont transformés par le biais de connaissances et de savoir-faire et où réciproquement ces savoirs sont également transformés — à l’image des champs disciplinaires nouveaux comme la chimie, la minéralogie et la géologie de la seconde moitié du XVIIIe siècle — cultivés dans un espace qui est non seulement le théâtre, mais aussi un élément actif de leur métamorphose.

Ainsi nous aimerions envisager la manière dont ces interactions entre les sites naturels et la production des savoirs de la matière qu’ils suscitent participe plus généralement d’un changement culturel de la perception de la nature qui s’opère au long de la période moderne, et plus particulièrement au tournant des Lumières.

La chimie, par exemple, fut traditionnellement associée au mythe du phénix ; d’un certain point de vue, elle est née par le feu qui constitua pendant des décennies le principal instrument que les chimistes pouvaient utiliser pour manipuler la nature. Cette utilisation du feu, souvent associée à des phénomènes volcaniques, est aussi au cœur du travail dans les fabriques et ateliers, forges et fourneaux, et mise en scène dans les représentations de catastrophes explosives. Des images de la première industrie aux éruptions volcaniques, se construit de manière concomitante un nouveau rapport aux éléments et à leur désir de maîtrise/contrôle.

Nous souhaitons donc explorer ce lien entre le travail sur les sites naturel et celui des ateliers/fabriques/laboratoire, recréant des expériences similaires. Un site naturel, lieu de savoirs, est le produit d’une constante évolution des pratiques, imaginations, et négociations des utilisateurs du lieu donné. En portant attention à ces « lieux de savoir », il s’agit de saisir les circulations qui s’opèrent entre la production matérielle des savoirs et la production des connaissances sur la matière, et la manière dont elles irriguent diversement les dimensions de l’imaginaire pictural et littéraire.

Cette rencontre vise à faire dialoguer historiens des sciences, des techniques et de l’environnement, historiens des arts et de la littérature. Elle se tiendra à l’EHESS, avec le soutien du LabEx HASTEC, du Centre Alexandre Koyré et du Club d’histoire de la chimie (Société chimique de France).

Résumé de 250 mots (en anglais ou français) et courte biographie à faire parvenir avant le 20 septembre 2016 à

Corinna Guerra : corinna.guerra@ehess.fr et Marie Thébaud- Sorger Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

The workshop of nature.
Production of material knowledge, material production of knowledge

The International Study Day wishes to explore the link between working on sites and working in workshops, recreating similar experiences. In such a framework, it makes sense to bridge a various set of practices not restricted to science: a local site is the constantly evolving product of the practices, imaginations, and negotiations of the users (scholars, travelers, artists, inhabitants) of a given place. In any case, our idea is that a site is surely in the scholar’s job an en-plein-air experience that should be related to the atelier phase, by which nature can be recreated (painters), transformed (laboratories), classified (collectors) etc.

Workshops and sites of naturalist interest are hybrid fields of material and knowledge production, places where materials are often transformed by means of knowledge and where knowledge is transformed by the materials involved in its development. How do these transformations in materials (by knowledge) and in knowledge (by materials) circulate? How they can be recognized and represented?

To better understand that, it is worth a broad investigation of the cultural and experiential transformations of relationships with nature and its mastery/control, at the articulation among the Modern times, the Enlightenment moment and the Romanticism period.

Our focus on “sites” of knowledge makes it easier to show the representation of the production of material knowledge as well as the representation of the material production of knowledge in images and literature. We plan to do it by examining the nature of knowledge from the peculiar point of view of the knowledge of nature.

Moreover, this continuous flow/activity of cross-references is the tool by which borderline scientific disciplines (see for example chemistry, mineralogy and geology of the second half of the 18th century) can be cultivated in a site that is not simply the theatre of these transformations but an active element of transformation, too.

The discipline of chemistry is often associated with the myth of the phoenix; chemistry, from a certain point of view, was born by fire, as for many years fire was the only instrument chemists could use to manipulate nature. That use of fire was often associated with volcanic phenomena, and if we follow this way of thinking we should find the same process in early workshops and, above all in cases of industrial accidents. In fact, they are frequently described as explosive disasters, in reality, not very far from a picture of a volcanic eruption.

Our aim is that these rich topics will be well expanded by a meeting between cultural historians, historians of sciences, techniques and environment, historian of arts and literature.

It will be held at the EHESS on the 10th November 2016, with the support of the LabEx HASTEC, the Centre Alexandre Koyré and the Club d’histoire de la chimie (Société chimique de France).

Colleagues wishing to submit papers should send an abstract (no more than 250 words in English or French) and a brief academic CV with institutional affiliation to
Corinna Guerra corinna.guerra@ehess.fr et Marie Thébaud-Sorger marie.thebaud-sorger@cnrs.fr

Closing date for submissions is 20th September, 2016.

Objets nomades 2017 call for paper (15 septembre 2016)

Objets nomades :

Circulations, appropriations et identités à l’époque moderne, XVI-XVIIIe siècles

 Colloque international. Paris et Écouen, 2-4 mars 2017

Musée National de la Renaissance à Écouen, Musée Cognacq-Jay,Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle

Organisé par les universités Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Paris Diderot – Paris 7, Paris Ouest Nanterre La Défense, et Paris 13 en partenariat avec le musée national de la Renaissance d’Écouen et le musée Cognacq-Jay, et avec le soutien de la Région Ile-de-France.

Call for Papers / Appel à communications

Ce colloque pluridisciplinaire vise à confronter une approche historique des objets dans leur dimension sociale, économique et technique, à l’étude des objets dans l’art et la littérature, qui offrent autant de « traces » de la vie de ces objets nous permettant de définir leur trajectoire et les modalités de leurs appropriations. Les objets, entendus comme les biens matériels divers (vêtements et accessoires, objets du quotidien, instruments techniques, scientifiques ou de musique, objets d’art…) et leurs circulations seront étudiés pour comprendre les différents phénomènes d’appropriation, de transculturation ou d’hybridation qui animent et accompagnent ces mouvements à la fois dans l’espace européen et entre l’Europe et le reste du monde. Porteurs et vecteurs de circulations culturelles et identitaires, les objets (qu’il s’agisse de biens de consommation, d’outils, d’objets de dévotion, ou d’objets d’art) traversent les espaces nationaux et interrogent par leur mobilité les frontières nationales, religieuses ou linguistiques alors en formation. L’époque moderne voit en effet se développer à travers l’Europe des tentatives de définition ou de consolidation d’espaces nationaux géographiques, linguistiques et religieux. Ces frontières, qui naissent en partie en opposition à une culture de Cour et une culture aristocratique Renaissante par définition nomades, sont le fruit d’une nouvelle philosophie politique (A. M. Thiesse, La Création des identités nationales, 1999). Suivre les trajectoires de ces objets permet, dès lors, de mettre au jour la tension entre sédentarité et mobilité que Daniel Roche a définie comme un enjeu majeur de la modernité (Humeurs vagabondes, 2003).

À cette intense circulation d’objets, qu’elle soit commerciale, diplomatique, liée aux voyages et déplacements de résidences aristocratiques, ou à des situations d’exil et de migration dans une Europe déchirée par les conflits religieux et politiques, s’ajoutent des trajectoires d’objets plus complexes encore. Dans le contexte de la première globalisation et de l’essor des compagnies commerciales, ces objets peuvent être issus d’espaces lointains et transitent souvent par plusieurs autres pays avant d’atteindre leur destination. Prises en charge et relayées dans les représentations artistiques et littéraires, ces circulations matérielles multiples en suscitent d’autres en retour qui interrogent la question de l’appropriation.

Les processus d’appropriation suscités par la circulation des objets seront étudiés tant du côté de la réception et de l’usage des objets dans la langue et dans les arts de la représentation, que du côté des modalités de leur fabrication et de leur consommation par l’étude des savoir-faire et des techniques auxquels ils font appel ou par celle des pratiques auxquelles ils donnent le jour. Autour de ces deux axes d’investigation, nous suggérons quelques pistes de recherche susceptibles d’orienter la réflexion. Les propositions pourront ainsi porter de manière non exclusive sur :

  • Les réseaux de circulation et modalités d’échange des objets, qu’ils soient commerciaux, économiques, ou personnels
  • Les réseaux de circulation légaux et illégaux (contrebande, trafic…)
  • Les dons et échanges diplomatiques
  • Les objets nomades dans la culture de cour
  • Les objets de l’exil et objets d’exilés
  • La transmission des savoir-faire et des techniques et leurs liens à des migrations humaines
  • Le transfert de motifs décoratifs, artistiques ou littéraires d’un pays à l’autre et les modalités de leur circulation
  • Le rôle et l’appropriation des objets dans les arts et la littérature
  • Les processus d’appropriation et de fertilisation linguistiques liés à des circulations matérielles
  • La notion de proto-globalisation et ses manifestations économiques, sociales, matérielles, culturelles et artistiques

Ce colloque sera l’occasion d’une rencontre de différentes méthodologies et d’un dialogue entre spécialistes issus de différents champs disciplinaires (histoire, histoire de l’art, littératures européennes, anthropologie, archéologie…). Les ateliers et tables-rondes qui seront tenus dans les musées partenaires à l’occasion du colloque seront ouverts à un plus large public. Les organisateurs sollicitent des propositions émanant à la fois d’universitaires – enseignants-chercheurs confirmés et doctorants –, de conservateurs et de professionnels. Ils seront par ailleurs particulièrement sensibles aux propositions qui s’attacheront aux collections des musées partenaires.

Modalités et calendrier

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 300 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 à l’adresse suivante : objetsnomades2017@gmail.com

Guy Boistel et Olivier Sauzereau dir., Entre Ciel et Mer, 2016

Cahiers François Viète, 2016

Entre Ciel et Mer. Des observatoires pour l’enseignement de l’astronomie, des sciences maritimes et le service de l’heure,
en France et en Europe, de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle : institutions, pratiques et cultures
sous la direction de Guy Boistel et Olivier Sauzereau, Série II, n°8-9, 2016.

Lien de téléchargement : http://www.cfv.univ-nantes.fr/1461067387844/0/fiche___pagelibre/&RH=1429711167616

Séminaire « Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation », 2016

Séminaire « Histoire des Sciences, Histoire de l’Innovation : circulations, communications et civilisations matérielles en Europe (XVIIIe – XXIe s.) »

http://europeflux.hypotheses.org>

jeudi de 17h00 à 19h00,  Institut des sciences de la communication (ISCC), 20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins (salle de conférences, rez-de-chaussée).

Prix CILAC – 17 OCTOBRE 2016

Prix CILAC/Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique

Clôture : 17 OCTOBRE 2016

Il s’adresse aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de la conservation/restauration, de niveau Master 1 et 2 et doctorat.

Le dossier doit comporter :-  Le titre du projet/travail et sa présentation (2 pages) –  Un poster format A0 (80×115 cm) sous forme électronique –  Le CV et la copie de la carte d’étudiant. Le cas échéant, le mémoire ou résultat final correspondant.

Les dossiers doivent être envoyés par voie électronique à  cilac@cilac.com