Entreprises et histoire, Patrimoine industriel, 2017

Le dernier  numéro d’Entreprises et histoire consacré au Patrimoine industriel vient de paraître. Il est disponible sur Cairn à l’adresse suivante :  https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2017-2.htm

Florence Hachez-Leroy

Éditorial

Un défi d’avenir : le patrimoine industriel

Page 5 à 13 Premières lignes Version HTML Version PDF

Andrew Popp

Industrial heritage, capitalism and business

Page 14 à 19             Résumé Version HTML Version PDF

Miles Oglethorpe

Realising the benefits of industrial world heritage sites, with particular reference to the Forth Bridge

Page 20 à 38 Résumé Version HTML Version PDF

Lucie K. Morisset

Les « villes de compagnie » du Canada. Un patrimoine urbain pour le vivre ensemble de notre siècle ?

Page 39 à 50 Résumé Version HTML Version PDF

Toshiyuki Morishima

Une comparaison des politiques de conservation et de mise en valeur du patrimoine industriel de la modernisation au Japon

page 51 à 68 Résumé Version HTML Version PDF

Roberto Di Cosmo

Software Heritage : pourquoi et comment construire la grande bibliothèque du code source

Page 69 à 75 Résumé Version HTML Version PDF

Vijaya Teelock

Un site unique à l’Isle de France, ancienne colonie française : le complexe du moulin à poudre

Page 76 à 87 Résumé Version HTML Version PDF

Helmuth Albrecht

The heritage of uranium mining in the German-Czech ore mountains

Page 88 à 106          Résumé Version HTML Version PDF

Colm Murray

The heritage of manufacturing in the ecological age: an Irish perspective

Page 107 à 132        Résumé Version HTML Version PDF

Dag Avango

Remains of industry in the polar regions: histories, processes, heritage

Page 133 à 149        Résumé Version HTML Version PDF

Débat

Hugues de VarineNicolas PierrotGuy SallavuardYves WinkinDébat animé par Florence Hachez-LeroyPropos recueillis par Coline Leroy

Patrimoine industriel et participations citoyennes

Page 150 à 169        Premières lignes Version HTML Version PDF

Document

Présentation de Florence Hachez-Leroy

Le pont Colbert de Dieppe : mécanisme et cabine de commande

Page 170 à 172        Premières lignes Version HTML Version PDF

Chroniques

Page 173 à 173

Actualités

Premières lignes Version HTML Version PDF

Clément Deschin

Nouvelles des archives

Page 174 à 181

La mémoire d’une entreprise textile givetoise : le fonds de l’usine Cellatex de Givet aux Archives départementales des Ardennes

Premières lignes Version HTML Version PDF

Présentation de Florence Hachez-Leroy

Clin d’œil

Une dernière cartouche pour le portail des établissements Gévelot

Page 182 à 186        Premières lignes

 

 

 

Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale ! 31 mai – 1 juin 2018

Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale !

31 mai – 1 juin 2018-Auditorium de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – 94220 Charenton-le-Pont – Inscription conseillée Evenbrite – https://www.eventbrite.com/e/journees-detudes-scientifiques-prospectives-le-numerique-outil-detude-de-la-valeur-patrimoniale-tickets-43472244654 <https://www.eventbrite.com/e/journees-detudes-scientifiques-prospectives-le-numerique-outil-detude-de-la-valeur-patrimoniale-tickets-43472244654>

Florent Laroche, Département IPSI – Ecole Centrale de Nantes Equipe IS3P – Laboratoire LS2N (UMR CNRS 6004) https://twitter.com/laurentflaroche> – www.florentlaroche.net

ICOHTEC, 5 mars 2018

45th ICOHTEC symposium “Technological Drive from Past to Future? 50 years of ICOHTEC” in St Étienne, France, on 17-21 July 2018? The final deadline of the call for papers is Monday, 19 February 2018.

ICOHTEC will organize a summer school for young researchers in St Étienne: “Does Technology drive History? Theoretical Concepts and Historical Examples”. The deadline of application is 5 March 2018.

Please find the call for papers, information about the symposium, the summer school, and a link to the submission system on our homepage http://icohtec.org/annual-meeting-2018.html

 In addition to the subjects, mentioned in the call for papers, some calls for special sessions were published:

Annual Symposium on the Social History of Military Technology

Organizer: Bart Hacker, hackerb@si.edu

AAC – Revue Images du travail, travail des images: L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images, 2018/2019

Appel à contributions pour un numéro de la revue* Images du travail, travail des images*, consacré à l’enseignement professionnel et à l’apprentissage, envisagés dans une perspective socio-historique. Numéro n° 8 (juin 2019). Numéro coordonné par Henri Eckert, Stéphane Lembré et Gilles Moreau

https://itti.hypotheses.org/801

*L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images*

 

Marina GASNIER, Le patrimoine industriel au prisme de nouveaux défis, 2018

Marina GASNIER, Le patrimoine industriel au prisme de nouveaux défis
Usages économiques et enjeux environnementaux,
Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Cet ouvrage porte sur les processus de reconversion du patrimoine industriel, en particulier ceux destinés à accueillir de nouveaux usages économiques. Il invite à interroger le rôle accordé à cet héritage dans les politiques des territoires confrontés aux enjeux environnementaux, à réfléchir à la notion de « patrimoine vivant », c’est-à-dire des objets historiques qui se soumettent difficilement à la cristallisation, et montre qu’ils peuvent être une véritable force pour les acteurs qui se l’approprient.

Richement illustré, ce livre propose au lecteur une nouvelle manière de « voir » le patrimoine industriel au service du développement territorial et de la transition écologique.

Télécharger le sommaire

RIMs 15 mars 2018

6e séance des RIMs 15 mars 2018 à la MAE de Nanterre de 13h00 à 17h30. Université de Paris Nanterre, MAE, salle 211G, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre

*Ce que la micro histoire apporte à l’histoire de la métallurgie médiévale*

Catherine Verna (Université Paris 8 – EA 1571 Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés)

*L’organisation spatiale d’un atelier métallurgique au Moyen Empire (Egypte, Ayn Soukhna) : croisement des sources archéologique, expérimentale, ethnographique et iconographique.*

Georges Verly (Royal Museum of Art and History Brussels – EACOM)

*La production du fer dans les campagnes de Gaule romaine : quelques pistes de réflexions à partir des exemples de la forêt de Sillé (Sarthe) et du site de Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne)*

Florian Sarreste (Eveha – études et valorisation archéologiques / EA 3811 – Université de Poitiers)

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :

philippe.dillmann@cea.fr

maxime.l_heritier@univ-paris8.fr

gaspard.pages@mae.u-paris10.fr

Les Sentiers de l’ouvrier (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, Fabrice Bensimon, Sabine Reungoat éd., 2017.

Les Sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes de John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, traduits par Sabine Reungoat, édités et présentés par Fabrice Bensimon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

Au XIXe siècle, des milliers de Britanniques émigrent vers le continent. Parmi eux, des artisans viennent travailler quelque temps, forts de savoir-faire acquis outre-Manche, au cœur de l’industrialisation. Alors que les circulations se multiplient, mécaniciens, ouvrières du lin et du jute, dentelliers, cheminots, terrassiers ou travailleurs du fer utilisent leurs compétences en Europe. Au moins trois d’entre eux, venus à Paris par ces sentiers de l’ouvrier, ont laissé des mémoires : John Colin, apprêteur de cuir écossais et « ivrogne réformé » ; Charles Manby Smith, typographe érudit, qui compose à Paris des livres en anglais et William Duthie, orfèvre itinérant. Ils sont employés dans cette « fabrique collective » parisienne, capitale de l’échoppe et de l’atelier, destination de centaines de milliers de migrants provinciaux et étrangers. Ces trois témoins décrivent leur travail, leur logement et leurs sociabilités. Ils sont parfois les témoins de la grande histoire, à l’instar de Smith, observateur apeuré de la révolution de Juillet 1830. Ils repartent et finissent par raconter leur vie, selon un usage alors répandu dans les classes populaires britanniques. Leurs témoignages sur le Paris ouvrier sont rassemblés ici, pour la première fois en français.

http://www.editions-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100381860

 

L’Homme & la Société, no.205, 2017

L’Homme & la Société, no.205, dir. Camille Dupuy, Olivier Dard, Claude Didry et Florent Le Bot, Cédric Perrin.

Les nouvelles technologies sont un formidable générateur à prophéties, annonçant, avec l’« usine du futur » et la robotisation, la suppression de nombreux emplois, ou avec le numérique, la multiplication des start-up. Mais, l’observation du lent déploiement de la machine et du machinisme dans la vie économique et dans l’imaginaire social révèle la platitude idéologique de ces soi-disant «révolutions ». Aux dires des experts en tout genre, ces révolutions s’enchaîneraient à un rythme toujours plus soutenu: la fascination pour un progrès technique dégageant l’humanité d’un travail subordonné va ici de pair avec le pessimisme que suscite un travail émietté, précarisé et en voie de disparition, dans un monde toujours plus sécuritaire. Nous interrogeons dans ce numéro la fascination pour les « miracles » technologiques, afin de dégager la réflexion de ces prophéties qui, sous prétexte de se tenir aux avant-poste d’une incessante nouveauté, imposent un futur sans avenir.

 

 

https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe.htm <http://msh-paris-saclay.fr/?email_id=33&user_id=1893&urlpassed=aHR0cHM6Ly93d3cuY2Fpcm4uaW5mby9yZXZ1ZS1sLWhvbW1lLWV0LWxhLXNvY2lldGUuaHRt&controller=stats&action=analyse&wysija-page=1&wysijap=subscriptions>

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale,XVIIe-XXIe s., 2017

Charles-François Mathis, Emilie-Anne Pépy, La ville végétale. La nature en milieu urbain, France, XVIIe-XXIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017 

Cette vaste synthèse étudie l’occupation urbaine depuis le XVIIe siècle par les plantes, parcs et jardins, mais aussi plantes « hors-sol » qui circulent dans l’espace urbain (fruits et légumes, fleurs coupées, déchets végétaux, etc.). Il s’agit de montrer que loin d’être un espace absolument artificialisé, non « naturel », la ville a constamment été imprégnée de végétaux, mais que cette présence a fluctué au fil des siècles. Sont interrogés les raisons, les acteurs et les défis de la végétalisation urbaine qui repose sur des motivations nombreuses, esthétiques, sanitaires, écologiques. De même, la végétalisation a sans cesse été soutenue par ceux que nous appelons les mains vertes, qui sont tout aussi bien des particuliers, des professionnels que les pouvoirs publics. Mais étendre ou maintenir la présence végétale en ville impose de relever de multiples défis (fonciers, financiers, esthétiques, biologiques…) qui ont pu varier au cours des siècles.
Ce livre propose aussi une réflexion neuve sur les usages qui ont été faits de la nature en ville, paradoxalement instrument d’urbanité, de sociabilité et donc d’affirmation sociale, mais aussi inversement jungle, ferment de discorde et d’ensauvagement, objet d’affrontements politiques. On peut également faire usage du végétal pour bien être et bien vivre, accompagner les plaisirs, exercer les corps ou cultiver les esprits. Plus prosaïquement, la ville est aussi, tout au long de ces quatre siècles, un lieu de production et de consommation important de végétal. Enfin, c’est aussi en ville qu’une science botaniste et un savoir sur les plantes se développent.
Ce tableau général, inédit, permet ainsi de voir la ville autrement et d’offrir des pistes de réflexion sur la nature en milieu urbain aujourd’hui.

http://fr.calameo.com/read/0050182122cdabddb284e

 

Jérôme Lamy, Faire de la sociologique historique des sciences et des techniques, 2018

La sociologie historique des sciences et des techniques est, davantage qu’une discipline, une pratique et une mise en œuvre d’un ensemble varié de méthodes historiques et sociologiques croisées. Cet ouvrage propose donc une approche méthodologique et empirique de ce segment de recherche aux riches potentialités.
Deux problématiques structurent le livre. Il s’agit tout d’abord d’enquêter sur la production et la circulation des concepts dans des contextes variés (marxisme, épistémè foucaldienne). Ensuite, parce que la sociologie historique des sciences et des techniques offre une potentialité d’expressions théoriques larges, l’ouvrage avance la proposition d’une conceptualisation du rapport entre savoir et pouvoir autour d’un régime régulatoire des sciences et des techniques. Le cadrage par le droit, la professionnalisation de certaines activités savantes, les effets de la bureaucratisation et la mobilisation de valeurs spécifiques délimitent un ensemble de pratiques scientifiques et techniques déployé par et pour l’État.
La mise à l’épreuve historique de ce schéma théorique permet de signaler, depuis le XVIe siècle, les grandes inflexions d’une science destinée à soutenir et organiser l’action rationnelle du pouvoir.

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DES CONCEPTS

  1. Marxisme et études sociales des sciences et des techniques

Marx sans Marx ? Lutte des classes et histoire des sciences marxiste des années 1930 aux années 1950

Marx contre Marx ? Les STS et le déterminisme technologique dans les années 1980

Marx sous Marx ? La sociologie de l’environnement

dans les années 1990 et 2000

2. L’insaisissable épistémè : Foucault et les scansions

du savoir

Vie et mort d’un concept : l’épistémè dans l’oeuvre

de Michel Foucault

Un sol structuraliste

La longue portée des premières critiques

Entre croisements impossibles et parentés recherchées

Usages des épistémaï

DEUXIÈME PARTIE. VERS UNE SOCIOLOGIE HISTORIQUE DU GOUVERNEMENT PAR/DE LA SCIENCE

3. Des sciences par et pour le gouvernement

Un régime régulatoire des sciences

Le droit comme matrice

Se disputer des légitimités et des pratiques

La bureaucratie régulatoire

Un réseau de valeurs pour l’action publique

4. L’État et la science

Maîtriser l’espace : frontières, limites, sous-sol

Connaître la population : hygiène et sciences du monde social

Gouverner par la sécurité : normes et guerre

 

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, texte intégral et accès ouvert

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines est dédié à l’étude de la technique et de la matérialité de ses pratiques dans les sociétés humaines. Dans une démarche à la fois historienne, archéologique et anthropologique, la revue place la technique au centre de ses questionnements. Dossiers thématiques, actualités de la recherche, varia, compte rendus d’ouvrages et d’exposition sont publiés en français et en anglais. Éditée par les Presses Universitaires de Rennes (PUR), cette publication semestrielle inaugure son site avec deux numéros en texte intégral et en accès ouvert

http://journals.openedition.org/artefact/