Archives par mot-clé : arts

La Règle et le Compas – Musée de la franc-maçonnerie, 21 mars au 21 octobre 2013

Affiche Règle et Compas

Le musée de la franc-maçonnerie accueille une exposition temporaire «  La Règle et le Compas, ou de quelques sources opératives de la franc maçonnerie ».

Penser la matière et construire le monde, c’est peut-être cela que les « opératifs » ont transmis à leurs lointains descendants « spéculatifs ». Jean-Michel Mathonière, Commissaire de l’exposition, vous racontera et vous fera partager le plaisir qui l’a amené à rassembler l’impressionnante collection de La Règle pour les cinq ordres d’architecture de Vignole présentée dans l’exposition. Outre  la Stéréotomie et la Géométrie, plusieurs séquences invitent le visiteur à découvrir La Maîtrise de la Perspective autour des gravures d’Abraham Bosse illustrant la perspective et la projection des ombres.

www.museefm.org

Thierry Cuzin

Chargé des publics

Musée de la Franc-Maçonnerie

16 rue cadet 75009 PARIS

thierry.cuzin@godf.org

 

Le sens du métier – 31 mai 2013

Capture-d’écran-2013-04-29-à-10.50.26Journée d’études, IDHE (UMR 8533-CNRS), Université Paris 8

Le sens du métier : identité et organisation dans les métiers d’art et d’industrie en France (XVIIe-XXe siècles)

 Vendredi 31 mai 2013, 10h.-16h.30

Université Paris 8,  bâtiment D, salle D 143 2 rue de la liberté, 93526 Saint-Denis cedex,

Métro ligne 13 : St-Denis-Université

 L’historiographie a longtemps fait de l’organisation corporative le pilier institutionnel du monde des métiers sous l’Ancien Régime, s’enfermant ainsi dans un débat opposant « corporatisme » et « libéralisme », et faisant des lois de 1791 l’aboutissement d’un long combat des libéraux contre le supposé archaïsme des communautés d’arts et métiers. Depuis une vingtaine d’années, cette vision ancienne a été complètement révisée : il importe de distinguer entre l’exercice d’une profession et l’appartenance à une corporation ; toutes les professions ne sont pas uniformément « instituées » en métiers corporés ; les réalités professionnelles sont bien plus diverses ; enfin, la dissolution des corporations en 1791 n’a pas supprimé tous les besoins organisationnels ou réglementaires, pas plus que les représentations identitaires des différentes professions artisanales. Ainsi, d’une part, la conscience d’une appartenance professionnelle a existé sous l’Ancien Régime en dehors de la forme corporative, et d’autre part, les identités de métier ont continué d’exister après l’abolition des corporations.

Cette journée d’études est consacrée au cas des professions d’art, qui oscillent entre « art » et « industrie » dans les représentations communes, et se situent précisément bien souvent en dehors du système corporatif : comment penser alors l’identité de métier, quand  le savoir-faire ne s’incarne pas dans une forme instituée susceptible de  cristalliser et manifester à la fois une appartenance collective, de découper un « eux » et un « nous » ? Quel sens, en somme, peut avoir le métier sans corporation ?

 

09h45-10h. Accueil, café/thé

10h.-10h15 Introduction : Philippe Minard, Audrey Millet (IDHE-Paris 8)

10h15-11h15

– Lesley Miller (Victoria and Albert Museum, Londres)

Un pied dans la Grande Fabrique. Les dessinateurs de la soierie lyonnaise au XVIIIe siècle

– Audrey Millet (Université Paris 8, IDHE)

Dessiner des indiennes de Pondichéry à New-York : une organisation en réseaux (XVIIe-XIXe siècles)

11h15-12h. : Discussion : Corine Maitte (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

13h45-15h15

-Elodie Voillot (Université Paris Ouest – INHA)

Unir, promouvoir et protéger : la Réunion des fabricants de bronzes (1818-1870)

-Eugénie Briot (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

Inspiration vs oxydoréductions : le métier de parfumeur au XIXe siècle, entre chimie et alchimie

-Jérémie Cerman (Université Paris-Sorbonne)

L’atelier de dessin industriel de Robert Ruepp, une entreprise prédominante de la Belle Époque

15h15-16h30 : Discussion : Patrick Verley (Université de Genève)

http://artindus.hypotheses.org/

 

 

Entre art et industrie

http://artindus.hypotheses.org/

artetindusCe carnet vise à favoriser les recherches historiques sur les liens entre l’art et l’industrie, à mettre en réseaux les chercheurs et à présenter l’actualité des travaux français et internationaux aussi bien dans l’espace scientifique. Il recense les travaux en cours, les événements (journées, colloques…) et les appels à communication. Son ambition est de centraliser l’information sur le sujet.

Pour des informations supplémentaires :

https://sites.google.com/site/audreypatriziamillet/

Contact : audrey.patrizia.millet ” at ” gmail.com

 

 

UE FONDAMENTALE « Introduction à l’histoire des techniques », 2013-2014

PROGRAMME UE fondamentale Histoire des techniques EHESS 2013-2014

UE fondamentale du Master du Centre A. Koyré

Mentions & spécialités  : Histoire des sciences, technologies et sociétés (M1, 2e semestre, ouvert aux étudiants de M2)

Responsable : Liliane Hilaire-Pérez. Mail : liliane.perez@wanadoo.fr

Séminaire « L’analogie et les techniques. Approches interdisciplinaires » 2011-2012

Analogie et techniques. Approches pluridisciplinaires

 

Université Paris Diderot et EHESS

Département d’histoire (GHSS),  laboratoire SPHERE

 

Paris Diderot : séminaire de M 2 – 43 HI 1653

EHESS : séminaire de M 1 et M 2 – Parcours TTS du Master en sciences sociales

Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez, Koen Vermeir

Comment Léonard a-t-il inventé ses machines de vol ? Comment expliquer les transpositions de méthodes de tissage dans des techniques de guerre, d’instruments de meunerie dans la fabrication des cosmétiques ? Comment peut-on comprendre les rapports entre des artefacts préhistoriques sans disposer sources textuelles ? Le point du départ de ce séminaire est que l’analogie joue un rôle crucial dans la conception technique quelle que soit l’époque considérée. Le raisonnement analogique est au cœur des processus de créativité, d’invention technique, de circulation et d’appropriation des techniques. Ces résonances entre périodes, entre champs d’étude, justifient d’organiser un séminaire pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons différents : historiens des techniques, archéologues, psychologues cognitivistes, anthropologues, historiens de l’art, muséographes, philosophes des techniques, historiens des mathématiques, informaticiens et théoriciens de l’analogie. En plus des séances classiques, le séminaire comprendra trois demi-journées d’étude (analogie et histoire des mathématiques, histoire de la modélisation de l’analogie, analogies entre le son et l’image via la photographie, le cinéma, les illusions d’optique).

Séminaire Analogie et techniques 2011-2012

Bibliographie Analogie et techniques

 

Séminaire « La recherche aéronautique, XIXe-XXe siècles » 2012-2013

2e vendredi du mois de 9 h à 11 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 9 novembre 2012 au 14 juin 2013

Pour la seconde année de ce séminaire, nous continuerons la construction d’un champs d’étude large de l’aéronautique qui envisage toutes les productions autour des savoirs techniques et scientifiques de l’air depuis le XIXe siècle,articulant des domaines traités ordinairement séparément (aérostats, dirigeables, avions, satellites). Nous nous attacherons notamment à l’émergence de l’aérodynamique ainsi qu’aux technologies et stratégies politiques ouvertes par la maîtrise de l’air et la territorialisation progressive de l’air et de l’espace.

En nous focalisant particulièrement sur les acteurs et leurs pratiques, il s’agira d’aborder, premièrement la variété des mondes de l’invention mettant en évidence des parcours professionnels très différents où se côtoient ingénieurs, entrepreneurs et publicistes de la science mais aussi, deuxièmement on s’intéressera à l’émergence des entreprises et des réseaux de recherche nouveaux au XXe siècle ainsi qu’à la circulation des savoirs et des savoirs-faire, via la question de la mémoire des acteurs – à tous les niveaux de compétence.

 

9 novembre 2012 :

  • Les débuts des télécommunications par satellites : le rôle des ingénieurs français (1959-1969), Michel Guillou (Université Rennes 1).
Cette présentation se propose de rappeler les grandes étapes de l’investissement des ingénieurs français depuis les premières initiatives et réponses aux sollicitations américaines, en 1959, jusqu’à la mise en place d’un programme franco-allemand pour la réalisation d’un satellite (Symphonie), à la fin des années 1960. Il s’agissait de prendre une certaine autonomie vis-à-vis de la suprématie américaine dans une application spatiale stratégique en terme d’indépendance et porteuse d’ambitions financières rentables. Elle montre les interactions entre les différents acteurs, tant au niveau national qu’international, ainsi que la circulation des savoirs et savoir-faire. Ce développement fut, à l’origine, mené par les ingénieurs du Centre national d’études des télécommunications, puis à partir de 1962, il fallut prendre en compte la création du Centre national d’études spatiales (le CNES), parfois source de rivalités entre les deux organismes. Ces hommes, très fortement impliqués dans les instances internationales spécialisées, furent également à l’initiative de projets au niveau européens et même d’organisation comme la CETS, scellant les bases de l’Europe spatiale d’aujourd’hui et le noyau d’une industrie particulièrement dynamique et compétitive au niveau mondial.
  • Les enjeux géostratégiques des systèmes de géo-navigation, Walter Arnaud (ingénieur Télécommunications)
Le GPS est actuellement le système de référence dans le domaine de la radionavigation par satellite. Son succès est lié à plusieurs facteurs, mais son usage civil et ses implications géopolitiques y ont contribué.
La catastrophe aérienne du vol sud-coréen KAL007 du 31 août 1987 a, officiellement, déclenché l’ouverture du système GPS au secteur civil, et en particulier au secteur de l’aviation civil. L’écart de route de l’appareil, abattu par un avion de combat soviétique, aura conduit à envisager toutes les solutions, et notamment l’accès au GPS, pour qu’une cette catastrophe ne se reproduise plus.
Dès lors, l’usage du GPS s’est étendu au secteur du commerce maritime et de la marine, dans des régions du monde très disputées. Les détroits d’Ormuz et de Malacca sont des exemples concrets de ces régions de haute tension pour lesquelles des écarts de navigation peuvent ou pourraient entraîner des conséquences diplomatiques ou militaires.14 décembre 2012 : Les pionniers de l’aérodynamique : une intense compétition pour la maitrise des savoirs, Claudine Fontanon (EHESS/ Centre Alexandre Koyré)& 11 janvier 2013 : Isabelle Sourbes-Verger (CNRS/Centre Alexandre Koyré), L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences8 février 2013 :
  • L’entrepreneur d’inventions Clément Ader : quelle figure fondatrice pour l’aéronautique ?, Guillaume Carnino (UTC/Costech-CNRS/CRH).
  • La figure héroïque de Louis Blériot, Jean-François Belhoste (EPHE)

8 mars 2013Luc Robene (Université Rennes 2) La mise en réseaux des compétences scientifiques et techniques dans l’élaboration du savoir et de la culture aéronautiques au XIXe siècle : l’exemple de la Société Française de Navigation Aérienne (SFNA)
Résumé : Ebauché au milieu du 19e siècle par l’aéronaute et expérimentateur Dupuis-Delcourt, le projet d’une puissante société savante consacrée aux progrès de l’aéronautique, dotée de moyens pratiques et engagée dans des programmes expérimentaux, ne voit définitivement le jour en France qu’à la fin du Second Empire (au moment où se structure outre Manche la Royal Aeronautical Society). La Société Française de Navigation Aérienne (SFNA), fédérant les compétences de praticiens, de techniciens, « mécaniciens », d’ingénieurs, de publicistes, de savants, apparaît d’emblée traversée par des courants d’idées qui délimitent de manière concurrentielle les priorités expérimentales et posent de manières différentes la question du vol et des ses usages. La confluence entre tendances « dures » (la science « positive » au service de la patrie) et conceptions plus ouvertes quant à l’utilité des expériences aéronautiques ou bien les débats techniques qui touchent plus largement à l’opposition entre partisans de procédés différents (plus lourd ou moins lourd que l’air ; vol battu ou vol plané ; etc.) constituent quelques uns des terrains culturels, idéologiques, techniques, scientifiques, qui concourent ensemble à produire de manière contradictoire et parfois polémique de la connaissance et des représentations sur la connaissance.
La densité de l’œuvre pratique et savante de la SFNA ainsi que les modes de sociabilité (relations internes, liens avec la société civile et les pouvoirs publics, échanges avec les partenaires étrangers) qui participent à cette mise en réseau des compétence techniques et scientifiques sont appréhendés à partir de plusieurs sources parmi lesquelles figurent les archives de la société ainsi que la publication de l’organe principal qui en retranscrit l’actualité scientifique et expérimentale, le journal L’Aéronaute. Il devient alors possible d’entrevoir comment s’organise autour d’enjeux et de débats parfois passionnés, une « pensée du vol » qui participe grandement à l’élaboration de la culture aérienne au 19ème siècle.

12 avril 2013 : Isabelle Sourbes Verger (CNRS/ Centre Alexandre Koyré) « L’émergence des acteurs de la société civile dans la maîtrise de l’espace : de l’ingénieur au créateur d’entreprise, nouveaux profils et permanences »

14 juin 2013 : Retour sur  une approche pluridisciplinaire de la «  culture aérienne », Nathalie Roseau (ENPC/LATTS), Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CRH-ICT)

Séminaire « La technologie, science humaine » 2012-2013

La technologie, science humaine

History-of-Inventions-Discoveries-and-Origins-Beckmann-Johann-9781177663076

Centre A. Koyré (EHESS/CNRS) et parcours TTS du Master en Sciences sociales (EHESS), SPHERE (Université Paris Diderot Paris 7/CNRS), Master Histoire et civilisations comparées, Université Paris Diderot Paris 7, ICT (Université Paris Diderot Paris 7) 2012-2013

Jeudi 17-19 h ou 15-19h

Centre Alexandre Koyré
27 rue Damesme 75013 Paris

Université Paris Diderot Paris 7, bâtiment Condorcet, 4 rue Elsa Morante 75013 Paris

Sophie A. de Beaune, Liliane Pérez, Koen Vermeir

CR Technologie, science humaine 2012-2013

Le Programme au format pdf

Bibliographie Technologie science humaine

Repères « La technologie, science humaine » 2012-2013

Technologie chez Simondon

Biblio Simondon et la technologie

Repères technologie anglaise XVIIIe-XIXe s.

Biblio Babbage

Jochen Hoock – Johann Beckmann et la place du discours technologique

Definitions de technologie-Appendice Jean-Claude BEAUNE 1980

Couffignal 1938

Cottereau 2007 Le Play e¦üconomiste

bibliographie André Leroi-Gourhan (technologie)

AmpereClassification

 

Le séminaire a pour but de faire découvrir le sens souvent oublié de la technologie, entendue comme science des opérations et des intentions fabricatrices. Bien loin de toute acception actuelle comme application de la science à la technique, la compréhension opératoire de l’action née au Moyen Âge, s’est déployée de la Renaissance au siècle des Lumières et a joué un rôle central dans les sciences humaines aux XIXe et XXe siècles. L’enjeu du séminaire est de faire connaître un champ de recherche dense et fortement remanié par les travaux récents portant sur des textes et des auteurs fondamentaux, de Bacon à Pitt-Rivers, Marcel Mauss, André-Georges Haudricourt, Alfred Espinas, André Leroi-Gourhan, Gilbert Simondon, Joseph Needham en passant par Johann Beckmann, Charles Babbage ou Frédéric Le Play. Les approches sont nécessairement interdisciplinaires et doivent conduire à l’étude globale d’un concept, à travers ses résonances en philosophie, en anthropologie, en ethnologie, en sociologie, en histoire, en préhistoire.

1. Mercredi 14 novembre 2012, Centre A. Koyré (exceptionnellement mercredi) : séance d’introduction : qu’est-ce que la technologie ?
Présentation par les organisateurs et interventions de Danielle Candel, Jochen Hoock, John Humbley autour de : « Technologie et terminologie ». Discutant : Guillaume Carnino.
2. 13 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle Malevich, 483A
Mathieu Arnoux : « Comment penser les techniques au Moyen Âge ? »
3. 20 décembre 2012, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, 612B-Klein, 15-19h
Demi-journée Penser les techniques à la Renaissance
Koen Vermeir : « Art, technologie et nature à l’âge classique ».
Pascal Dubourg-Glatigny : « Réduire les savoirs à l’image : réduction en art et visualisation ».
Hélène Vérin : « La technologie, genre de littérature ou système des arts? »
Pascal Brioist : « Les éléments de machines chez Léonard et ses prédécesseurs ».
4. 17 janvier 2013, Centre A. Koyré
Ronan Le Roux : « Le domaine du mécanisable. Les projets doctrinaux de Louis Couffignal, de 1938 à 1966 ».
5. 7 février 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein
Sophie A. de Beaune : « De la théorie à la mise en scène muséographique. L’évolution des techniques selon Augustus Lane Fox Pitt-Rivers (1827-1900) »
6. 21 mars 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XXe siècle : Haudricourt, Mauss, Leroi-Gourhan et leurs prédécesseurs
• François Sigaut : « Les prédécesseurs de Leroi-Gourhan »
• Nathan Schlanger : « Mauss et la technologie »
• Alban Bensa : « Haudricourt et la technologie »
7. 11 avril 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 512 A
Autour de Joseph Needham
Lucia Candelise et Frédéric Obringer : « L’oeuvre de Joseph Needham à partir de l’ouvrage Science et civilisation en Chine, Paris, Picquier, 1995, traduite par Frédéric Obringer »
8. 23 mai 2013, Centre A. Koyré, 15-19h
Demi-journée Le XIXe s. : la technologie, entre science des arts et science des machines
Joost Mertens, Liliane Pérez : « Technologie, technology » : la réception de la Technologie de Johann Beckmann en Grande-Bretagne au milieu du XIXe siècle »
Marie-José Durand-Richard : « Charles Babbage (1791-1877) : la machine analytique comme matérialisation d’une science des opérations »
Stéphane Baciocchi, Alain Cottereau : « Le Play et l’Angleterre – Enquêtes sur une Révolution sociale de l’Extrême-Occident ».
9. 13 juin 2013, Université Paris 7, bâtiment Condorcet, salle 612B-Klein :
Jean-Hugues Barthélémy et Vincent Bontems : « Technologie et sciences humaines chez Simondon »