Archives par mot-clé : métier

Eric Schatzberg, conférence « Craftsmen versus scholars », 3 juin 2015

Centre Alexandre Koyré

Séminaire du Groupe d’Histoire des techniques « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »

 3 juin 2015  14-16h

 Eric Schatzberg (University of Wisconsin-Madison, USA )

Craftsmen versus scholars in the discourse of technique and technology « The question of materiality is wrapped up in complex social relations that go back to ancient civilizations. Although all humans use skillful practices to engage with the material world, the nature of these interactions is shaped by the division of labor, in particular the division between mental and manual labor, which has existed since the invention of writing. Craftsmen are the people who interact most skillfully with the material world, shaping it to human ends. But most ideas about the material world come from scholars, who typically are allied with aristocratic elites. This paper will explore the tension between craft and scholarly knowledge over the longue durée, and suggest some implications of this tension for the history of 18th century chemistry. »

Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

Contacts : Patrice Bret (CAK) patrice.bret@yahoo.fr, Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK) Marie.THEBAUD-SORGER@cnrs.fr

La Règle et le Compas – Musée de la franc-maçonnerie, 21 mars au 21 octobre 2013

Affiche Règle et Compas

Le musée de la franc-maçonnerie accueille une exposition temporaire «  La Règle et le Compas, ou de quelques sources opératives de la franc maçonnerie ».

Penser la matière et construire le monde, c’est peut-être cela que les « opératifs » ont transmis à leurs lointains descendants « spéculatifs ». Jean-Michel Mathonière, Commissaire de l’exposition, vous racontera et vous fera partager le plaisir qui l’a amené à rassembler l’impressionnante collection de La Règle pour les cinq ordres d’architecture de Vignole présentée dans l’exposition. Outre  la Stéréotomie et la Géométrie, plusieurs séquences invitent le visiteur à découvrir La Maîtrise de la Perspective autour des gravures d’Abraham Bosse illustrant la perspective et la projection des ombres.

www.museefm.org

Thierry Cuzin

Chargé des publics

Musée de la Franc-Maçonnerie

16 rue cadet 75009 PARIS

thierry.cuzin@godf.org

 

Le sens du métier – 31 mai 2013

Capture-d’écran-2013-04-29-à-10.50.26Journée d’études, IDHE (UMR 8533-CNRS), Université Paris 8

Le sens du métier : identité et organisation dans les métiers d’art et d’industrie en France (XVIIe-XXe siècles)

 Vendredi 31 mai 2013, 10h.-16h.30

Université Paris 8,  bâtiment D, salle D 143 2 rue de la liberté, 93526 Saint-Denis cedex,

Métro ligne 13 : St-Denis-Université

 L’historiographie a longtemps fait de l’organisation corporative le pilier institutionnel du monde des métiers sous l’Ancien Régime, s’enfermant ainsi dans un débat opposant « corporatisme » et « libéralisme », et faisant des lois de 1791 l’aboutissement d’un long combat des libéraux contre le supposé archaïsme des communautés d’arts et métiers. Depuis une vingtaine d’années, cette vision ancienne a été complètement révisée : il importe de distinguer entre l’exercice d’une profession et l’appartenance à une corporation ; toutes les professions ne sont pas uniformément « instituées » en métiers corporés ; les réalités professionnelles sont bien plus diverses ; enfin, la dissolution des corporations en 1791 n’a pas supprimé tous les besoins organisationnels ou réglementaires, pas plus que les représentations identitaires des différentes professions artisanales. Ainsi, d’une part, la conscience d’une appartenance professionnelle a existé sous l’Ancien Régime en dehors de la forme corporative, et d’autre part, les identités de métier ont continué d’exister après l’abolition des corporations.

Cette journée d’études est consacrée au cas des professions d’art, qui oscillent entre « art » et « industrie » dans les représentations communes, et se situent précisément bien souvent en dehors du système corporatif : comment penser alors l’identité de métier, quand  le savoir-faire ne s’incarne pas dans une forme instituée susceptible de  cristalliser et manifester à la fois une appartenance collective, de découper un « eux » et un « nous » ? Quel sens, en somme, peut avoir le métier sans corporation ?

 

09h45-10h. Accueil, café/thé

10h.-10h15 Introduction : Philippe Minard, Audrey Millet (IDHE-Paris 8)

10h15-11h15

– Lesley Miller (Victoria and Albert Museum, Londres)

Un pied dans la Grande Fabrique. Les dessinateurs de la soierie lyonnaise au XVIIIe siècle

– Audrey Millet (Université Paris 8, IDHE)

Dessiner des indiennes de Pondichéry à New-York : une organisation en réseaux (XVIIe-XIXe siècles)

11h15-12h. : Discussion : Corine Maitte (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

13h45-15h15

-Elodie Voillot (Université Paris Ouest – INHA)

Unir, promouvoir et protéger : la Réunion des fabricants de bronzes (1818-1870)

-Eugénie Briot (Université Paris-Est-Marne-la-Vallée)

Inspiration vs oxydoréductions : le métier de parfumeur au XIXe siècle, entre chimie et alchimie

-Jérémie Cerman (Université Paris-Sorbonne)

L’atelier de dessin industriel de Robert Ruepp, une entreprise prédominante de la Belle Époque

15h15-16h30 : Discussion : Patrick Verley (Université de Genève)

http://artindus.hypotheses.org/

 

 

Entre art et industrie

http://artindus.hypotheses.org/

artetindusCe carnet vise à favoriser les recherches historiques sur les liens entre l’art et l’industrie, à mettre en réseaux les chercheurs et à présenter l’actualité des travaux français et internationaux aussi bien dans l’espace scientifique. Il recense les travaux en cours, les événements (journées, colloques…) et les appels à communication. Son ambition est de centraliser l’information sur le sujet.

Pour des informations supplémentaires :

https://sites.google.com/site/audreypatriziamillet/

Contact : audrey.patrizia.millet ” at ” gmail.com